NOUVELLES
29/11/2017 09:24 EST | Actualisé 29/11/2017 21:23 EST

TPIY: un chef militaire croate meurt après avoir avalé du poison en cour

LA HAYE, Pays-Bas — Un ancien chef des forces croates de Bosnie est mort après avoir avalé du poison en pleine salle de cour, mercredi, alors que le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) confirmait le maintien de sa peine de 20 ans de prison pour crimes contre l'humanité commis durant la guerre de Bosnie, dans les années 1990.

Dans ce dénouement inattendu de son procès, l'ancien général croate Slobodan Praljak a crié «Je ne suis pas un criminel de guerre!» devant la cour et a semblé boire le contenu d'une petite fiole.

Des responsables médicaux en poste au tribunal à La Haye, aux Pays-Bas, ont accouru et transporté M. Praljak dans un hôpital des environs, où il est mort, a déclaré un porte-parole du TPIY, Nenad Golcevski, devant les journalistes.

La salle de cour où la scène s'est jouée a été évacuée et interdite d'accès. Le juge en chef Carmel Agius a indiqué que la salle était considérée comme une «scène de crime» dans laquelle la police néerlandaise pourrait enquêter. La police a refusé de commenter la situation.

Des policiers néerlandais, une ambulance et un camion de pompiers sont rapidement arrivés à l'extérieur du siège du TPIY. Des employés des services d'urgence, dont certains portaient des casques et des bonbonnes d'oxygène, sont entrés dans le bâtiment peu après l'incident.

L'ex-général Praljak et cinq autres responsables des Croates de Bosnie ont été condamnés pour leur rôle dans un plan visant à créer un mini-État croate en Bosnie et à en expulser les musulmans dans les années 1990. Ils ont tous vu leur condamnation confirmée par le TPIY mercredi.

Le premier ministre croate, Andrej Plenkovic, a présenté ses condoléances aux proches de Slobodan Praljak. Le geste spectaculaire commis par M. Praljak reflète «la profonde injustice morale» subie par les six hommes condamnés par la justice internationale, a dit le premier ministre.

La télévision croate a rapporté que la présidente Kolinda Grabar Kitarovic avait mis fin prématurément à sa visite officielle en Islande et que le gouvernement avait tenu une réunion d'urgence.

Slobodan Praljak, âgé de 72 ans, était détenu par le TPIY avant l'audience. Le poison n'a pas encore été identifié formellement comme la cause de sa mort, et on ne sait pas comment il a pu avoir accès à cette substance ou réussi à la faire entrer clandestinement dans la salle de cour.