NOUVELLES
29/11/2017 07:42 EST

Les Etats-Unis confiants dans leurs capacités anti-missiles

Les Etats-Unis sont confiants dans leurs capacités à répondre efficacement à une attaque balistique nord-coréenne, a indiqué mercredi un responsable américain, au lendemain d'un nouveau test de missile balistique intercontinental par Pyongyang.

"Je ne pense pas qu'ils puissent lancer une attaque nucléaire contre les Etats-Unis dans l'état actuel des choses", a indiqué ce responsable américain s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.

"Le consensus est que nous pouvons arrêter tout ce dont la Corée du Nord dispose actuellement", a-t-il ajouté. "A l'avenir, je ne sais pas".

La Corée du Nord a tiré mercredi un nouveau type de missile balistique intercontinental (ICBM), le Hwasong-15, qui s'est abîmé en mer du Japon après un vol de quelque 1.000 kilomètres.

Ce missile, que le régime de Pyongyang dit "capable de frapper la totalité du continent américain", a atteint la plus haute altitude de tous les tirs effectués par Pyongyang à ce jour, selon le ministre américain de la Défense Jim Mattis.

Face aux missiles intercontinentaux, les Etats-Unis disposent du système GMD (Ground-based Midcourse Defense) fort de 44 intercepteurs installé à Fort Greely, à environ 160 km de Fairbanks, en Alaska et sur la base de Vandenberg, en Californie.

Selon le responsable américain, le système GMD est capable de protéger l'ensemble du territoire américain et il n'est pas nécessaire d'installer un système équivalent sur la côte est.

Cet élément-clé de la défense antimissile américaine a été testé avec succès en mai en Californie mais il avait eu des performances plus mitigées auparavant et pourrait être débordé en cas de tir de missiles en rafale.

Mais les Etats-Unis ne pensent pas que la Corée du Nord dispose d'un nombre suffisant de missiles pour dépasser leurs capacités de défense anti-missile.

"Nous avons suffisamment d'intercepteurs et (...) nous pouvons lancer plus d'un missile en direction de chaque cible entrant" dans l'espace aérien américain, a expliqué le responsable.

En outre, Pyongyang doit encore démontrer qu'il maîtrise la technologie clé pour assurer la survie des ogives à leur rentrée dans l'atmosphère depuis l'espace, a-t-il rappelé. "C'est beaucoup plus difficile" que de lancer un missile et ils ont échoué dans le passé.

wat-sl/vog