NOUVELLES
29/11/2017 14:40 EST

Le Sénat américain commence 20 heures de débat sur la baisse des impôts

Le Sénat des Etats-Unis, à majorité républicaine, a entamé mercredi la dernière ligne droite avant un vote crucial sur la grande baisse d'impôts promise par le président Donald Trump, priorité politique de la fin d'année.

Les sénateurs ont voté par 52 voix contre 48 en faveur de l'ouverture formelle des débats dans l'hémicycle, pour une durée de 20 heures au terme desquelles aura lieu une série de votes sur des amendements et sur l'adoption de la réforme. Le vote final devrait avoir lieu jeudi soir ou vendredi, selon le nombre d'amendements.

Aucun démocrate n'a voté mercredi en faveur de la motion, et tous les républicains ont voté oui.

Un projet de réforme de la fiscalité, légèrement différent sur plusieurs points, a déjà été adopté par la Chambre des représentants le 16 novembre. Si le Sénat adopte sa version cette semaine, les deux chambres devront harmoniser leurs différences au sein d'une commission spéciale et revoter, l'objectif des chefs du Congrès étant d'adopter définitivement la réforme avant la fin de l'année.

La réforme fiscale prévoit une baisse de l'impôt sur les sociétés de 35 à 20%, et de l'impôt sur le revenu pour tous les revenus, ainsi qu'une grande simplification fiscale.

Pour le président américain, la baisse d'impôts permettra aux Etats-Unis de redevenir compétitifs pour les entreprises, par rapport au reste du monde développé.

"Le vote du Sénat cette semaine sera un pas de géant vers une victoire incroyable pour les Américains", a déclaré plus tôt le dirigeant lors d'un discours dans le Missouri. "Si nous y parvenons, l'Amérique gagnera comme jamais auparavant. Un vote pour baisser les impôts est un vote pour remettre l'Amérique en premier".

La réforme ajoutera environ 1.400 milliards de dollars à la dette publique américaine d'ici à 2028, selon une analyse du Joint Committee on Taxation.

Si tous les républicains ont approuvé l'ouverture des débats mercredi, une poignée d'entre eux continue de réclamer des modifications et menacent de faire défection si leurs demandes ne sont pas approuvées par les chefs de la majorité. D'ultimes arbitrages pourront donc avoir lieu sous la forme d'amendements jeudi.

La majorité républicaine étant de 52 sièges sur 100, elle ne peut se permettre que deux défections, la minorité démocrate étant unanimement opposée.

Outre la réforme fiscale, le plan du Sénat prévoit la suppression d'un volet de la loi Obamacare sur la santé, l'obligation universelle d'avoir une assurance maladie.

Et les républicains ont également glissé dans leur texte une loi qui ouvrirait des terres actuellement protégées de l'Alaska (Arctic National Wildlife Refuge) aux forages pétroliers et gaziers, scandalisant l'opposition démocrate et les écologistes.

ico/kal