NOUVELLES
29/11/2017 05:03 EST

Iran: l'entraîneur thaïlandais se voilait pour voir des joueuses

La Fédération iranienne de kabaddi, sport d'origine indienne, a dénoncé mercredi le comportement de l'entraîneur de l'équipe féminine de Thaïlande, accusé de s'être vêtu d'un foulard pour assister illégalement à une compétition internationale en Iran.

Des photos manifestement prises dans une salle de sport montrant un homme en survêtement aux couleurs thaïlandaises avec la tête couverte, dans un cas d'un foulard noir, dans l'autre d'une serviette éponge blanche, circulaient mercredi sur les réseaux sociaux en Iran.

Elles auraient été prises à Gorgan (nord) où se déroulaient mardi les championnats d'Asie -masculins et féminins- de kabaddi, sport collectif très populaire dans le sous-continent indien et qui s'apparente au jeu du chat pratiqué dans les cours de récréation, avec des règles assez complexes.

Selon les médias iraniens, l'homme photographié est l'entraîneur de l'équipe féminine thaïlandaise. Chassé une première fois, il serait revenu avec un nouvel accoutrement.

Qualifiant "l'incident" d'"injustifiable", la fédération iranienne a déploré dans un communiqué que "l'entraîneur thaïlandais [ait] violé les règles du pays hôte". "Nous avions informé tout le monde des règles en vigueur en Iran, notamment [...] l'interdiction pour les hommes d'entrer dans le stade" pour assister aux matches féminins, a-t-elle ajouté.

En République islamique d'Iran, les femmes sont obligées de porter le voile et de couvrir leur corps d'un manteau plus ou moins long ou du traditionnel tchador dans l'espace public. Les compétitions sportives féminines s'y déroulent habituellement sans présence masculine, ni photographes et caméras de télévision. Les sportives sont alors dispensées du port du voile.

Le porte-parole de la fédération iranienne, Abouzar Markalaï, a déclaré au site Jam-é Jam online, que l'entraîneur thaïlandais devait "présenter des excuses pour son geste irrespectueux à l'égard des femmes".

"Nous allons évoquer ce comportement inapproprié [...] auprès des Fédérations asiatique et internationale", a annoncé la Fédération iranienne dans son communiqué.

La rumeur a couru sur les réseaux sociaux que l'entraîneur avait été contraint de se voiler pour pouvoir assister au match, ce que M. Markalaï a dû démentir formellement à la télévision.

Selon les règles en vigueur en Iran depuis la révolution islamique de 1979, les hommes ne sont pas autorisés à assister aux compétitions féminines si les femmes ne sont pas voilées.

Les femmes ne peuvent pas non plus assister aux matches de football masculin, officiellement pour les préserver des grossièretés proférées par le public.

Une mesure identique avait été prise pour le volleyball mais les autorités acceptent depuis près d'un an que de petits groupes de femmes soient présentes aux matchs de volleyball masculin.

sgh-mj/bpe