NOUVELLES
28/11/2017 00:28 EST

Grèce: neuf Turcs arrêtés, présumés extrémistes de gauche

Neuf ressortissants turcs, soupçonnés d'appartenir à des organisations extrémistes de gauche ou kurdes selon les premières informations de la police, ont été arrêtés mardi lors d'une opération antiterroriste dans trois appartements, près du centre d'Athènes.

"Huit hommes et une femme, ressortissants turcs, ont été conduits mardi matin aux services antiterroristes", a indiqué la police dans un bref communiqué, soulignant qu'"une enquête était en cours".

L'incursion a eu lieu mardi matin dans un appartement à Pangrati et dans deux autres appartements à Néos Kosmos, quartiers à environ trois kilomètres du centre de la capitale grecque, selon une source policière.

Cette incursion intervient dix jours avant la visite officielle à Athènes du président Recep Tayyip Erdogan, prévue pour les 7 et 8 décembre.

Depuis des décennies, de nombreux membres des organisations kurdes se sont réfugiés en Grèce, qui entretient des relations délicates avec la Turquie, pays voisin, en raison des revendications territoriales historiques.

Outre ces différends territoriaux, les relations bilatérales des deux voisins ont connu une nouvelle tension depuis le coup d'Etat avorté de juillet 2016 en Turquie, de nombreux officiers turcs ayant demandé l'asile en Grèce comme dans d'autres pays européens, pour échapper aux arrestations tous azimuts du gouvernement Erdogan contre ses opposants.

Une demande d'Ankara d'extrader huit officiers turcs, arrivés en Grèce, au lendemain du coup d'Etat et présumés selon la Turquie avoir participé à ce coup, a été rejetée en janvier par la justice grecque.

Toutefois, les deux pays coopèrent toujours dans le secteur migratoire depuis la signature en mars 2017 du pacte UE-Ankara, qui a considérablement contribué à arrêter le grand flux des réfugiés et des migrants de la Turquie vers l'Europe.

str-hec/od/roc