NOUVELLES
28/11/2017 16:11 EST

Abe: le tir nord-coréen est "un acte violent" qui "ne peut pas être toléré"

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a qualifié "d'acte violent" qui "ne peut pas être toléré" le tir de missile effectué tôt mercredi matin par la Corée du Nord, qui va faire l'objet d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

"Nous ne céderons jamais à aucun acte de provocation. Nous maximiserons notre pression" sur Pyongyang, a déclaré Shinzo Abe à la presse.

La Corée du Nord n'a pas tenu compte de "la volonté forte et unie de la communauté internationale de parvenir à une solution pacifique", a-t-il dit, "la communauté internationale doit appliquer les sanctions de manière parfaite et à l'unisson".

"Le gouvernement salue le fait que la Chine prenne des mesures concrètes telles qu'un embargo sur les importations de charbon nord-coréen, de produits de la mer, de textiles, entre autres", a déclaré plus tard M. Abe devant une commission du Sénat japonais.

"Nous pensons que la Chine va continuer à jouer un rôle constructif en exhortant la Corée du Nord à changer de politique et, franchement, j'ai le sentiment que la Chine joue son rôle", a déclaré M. Abe.

"Au cours d'un entretien téléphonique avec le président (américain Donald) Trump, nous nous sommes accordés sur l'importance du rôle de la Chine, d'un renforcement supplémentaire de la pression exercée par l'alliance entre le Japon et les Etats-Unis, et d'une coopération étroite entre le Japon et les Etats-Unis ainsi qu'entre le Japon, les Etats-Unis et la Corée du Sud au Conseil de sécurité des Nations unies et dans d'autres domaines", a ajouté M. Abe.

Demandée par Washington, Tokyo et Séoul, une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations Unies doit se tenir mercredi à 21h30 GMT, a annoncé la mission américaine auprès de l'ONU.

Le missile nord-coréen a été qualifié d'intercontinental par Washington. Le Pentagone avait précisé plus tôt que le projectile avait volé sur 1.000 km de distance avant de s'abîmer en mer du Japon.

Il devrait être tombé dans la zone économique exclusive maritime japonaise, avait estimé le ministre japonais de la Défense, précisant qu'il a été tiré depuis la côte occidentale de la Corée du Nord tandis que sa durée de vol a été estimée à 53 minutes et son altitude au maximale à "bien plus de 4.000 km".

"Aucun dommage à des avions ou navires circulant dans la région n'a été signalé", a précisé le ministre.

Tokyo "a entièrement suivi" sa trajectoire, a déclaré M. Abe. "Nous avons protesté avec force", a-t-il ajouté.

si-kh-uh/etb/plh