NOUVELLES
19/11/2017 04:14 EST

Afghanistan: l'armée libère des prisonniers des talibans

L'armée afghane a libéré une trentaine de prisonniers détenus dans une prison des talibans dans un district du Helmand, fief insurgé du sud du pays, ont annoncé les autorités locales dimanche.

Selon le commandant du 215e Corps d'armée, Wali Mohammas Ahmadzai, les forces spéciales sont intervenues dans la nuit de samedi à dimanche contre la prison du district de Nawzad, au nord de Lashkar Gah la capitale provinciale.

"Les forces spéciales ont libéré 41 détenus dont une vingtaine de policiers" a-t-il annoncé à l'AFP. "Parmi les détenus se trouvaient une vingtaine de civils, enchainés. Les talibans les ont accusés de divers crimes" de droit commun - vols et enlèvements crapuleux entre autres.

Le porte-parole de la police du Helmand, Abdul Salam Afghan, a pour sa part indiqué que "30 personnes, dont quatre adolescents âgés de 13 à 16 ans, ont été libérés, tous civils".

Le porte-parole du gouverneur Omar Zwak a avancé un total de 23 prisonniers libérés, dont trois policiers.

Les talibans ont démenti la présence de policiers et affirmé dans un communiqué qu'il s'agissait de civils, condamnés par leurs soins.

"Dix des captifs appartiennent à l'ALP (la police locale auxiliaire, ndlr)" a précisé cependant un autre officier de l'armée ajoutant que les "adolescents étaient gardés comme +bachas bazi+ par les policiers locaux".

La pratique du "bacha bazi", littéralement "jouer avec les garçons" en dari, déclinaison locale du persan, consiste à entretenir de jeunes garçons souvent enlevés maquillés et travestis, pour en faire des danseurs et des esclaves sexuels.

Elle est encore répandue dans certaines régions du sud, en particulier dans les rangs de la police.

Dans les zones qu'ils contrôlent - dix des quatorze districts du Helmand notamment - les talibans sont connus pour rendre une justice rapide, parfois expéditive, mais exempte de la corruption qui entache et entrave le système judiciaire afghan.

str-us-ach/mra