NOUVELLES
18/11/2017 07:13 EST

Tirs de semonce d'un char israélien vers une position de l'armée syrienne sur le Golan

Un char israélien a tiré un coup de semonce samedi vers une position de l'armée syrienne sur le plateau du Golan, en représailles à des travaux de construction entamés dans une zone démilitarisée, a indiqué l'armée israélienne.

Depuis la guerre de 1967, Israël occupe 1.200 km² du plateau du Golan, dont l'annexion en 1981 n'a jamais été reconnue par la communauté internationale, alors que les quelque 510 km² restants sont sous contrôle syrien.

Les travaux entamés par l'armée syrienne "violent l'accord de cessez-le-feu de 1974", qui "interdit l'entrée dans la zone démilitarisée d'outils de construction ou de véhicules militaires lourds", a indiqué samedi à l'AFP une porte-parole de l'armée israélienne.

"En réponse, l'armée israélienne a porté plainte auprès de l'UNDOF (la force de l'ONU chargée de surveiller la zone depuis 1974), et procédé à un tir de semonce", a-t-elle ajouté.

La porte-parole militaire n'a pas confirmé des informations selon lesquelles l'incident se serait déroulé à proximité du village druze de Hader, contrôlé par le gouvernement syrien et pris pour cible par des forces rebelles il y a deux semaines.

Neuf personnes avaient été tuées le 3 novembre dans l'explosion d'une voiture piégée dans ce village syrien situé non loin de la ligne de démarcation avec Israël.

L'explosion avait été suivie par des combats entre l'armée syrienne et les jihadistes de l'ex-branche d'Al-Qaïda en Syrie.

L'armée israélienne s'était alors dite prête à aider le village de Hader pour "éviter qu'il ne soit attaqué ou occupé", dans le cadre de son "engagement envers la population druze".

La communauté druze est présente en Syrie et en Israël. Quelque 140.000 druzes vivent dans l'Etat hébreu, dont 20.000 dans la partie du Golan occupée.

Lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a laissé entendre qu'Israël agirait militairement en Syrie quand elle le jugerait opportun, pour s'assurer que les forces soutenues par l'Iran ne s'approchent pas de sa frontière, en référence au Hezbollah libanais, bête noire de l'Etat hébreu.

"J'ai dit clairement à nos amis, à commencer par nos amis à Washington mais aussi à nos amis à Moscou, qu'Israël agirait en Syrie --y compris dans le Sud -- en fonction de sa lecture de la situation et de ses exigences de sécurité", a déclaré M. Netanyahu.

jjm/feb/nbz