NOUVELLES
18/11/2017 15:16 EST | Actualisé 18/11/2017 22:42 EST

Les vétérans Ray et Glenn veulent savourer le moment en finale de l'Est

TORONTO — Ricky Ray ne sait pas encore s'il prendra sa retraite à la fin de la saison, mais revivre le scénario écrit par Henry Burris la saison dernière ne lui déplairait pas.

Burris a décidé de prendre sa retraite en janvier à l'âge de 41 ans, environ deux mois après avoir guidé le Rouge et Noir d'Ottawa vers une victoire de 36-30 face aux Stampeders de Calgary en finale de la Coupe Grey. De son côté, Ray est âgé de 38 ans et il pourrait faire un pas de plus vers une fin de carrière semblable quand les Argonauts de Toronto accueilleront les Roughriders de la Saskatchewan en finale de l'Est, dimanche.

Le gagnant accédera à la finale de la Coupe Grey, le 26 novembre, à la Place TD d'Ottawa. Il retrouvera dans son chemin les Eskimos d'Edmonton ou les Stampeders.

«Je ne sais pas pour l'instant, je veux juste passer à travers la saison actuelle, a dit Ray au sujet de ses plans futurs. Je crois que tout le monde qui pratique un sport aimerait faire comme Henry l'an dernier, terminer avec un championnat.

«J'aimerais avoir cette occasion.»

Ray a connu une bonne campagne en 2017, terminant au deuxième rang du circuit avec 5546 verges de gains et aidant les Argonauts (9-9) à terminer au premier rang dans la section Est. Pas mal pour un joueur qui avait été limité à 12 matchs de saison régulière lors des deux saisons précédentes en raison de blessures.

Cette fois, Ray a raté un seul départ et à sa première campagne sous les ordres de l'entraîneur-chef Marc Trestman, il a atteint le plateau des 5000 verges de gains pour une première fois depuis 2008 et une quatrième fois en carrière. Seulement Anthony Calvillo et Doug Flutie ont atteint ce plateau aussi souvent au cours de leur carrière.

«Nous ne serions pas ici sans lui, a reconnu Trestman. C'est impossible d'avoir du succès à ce niveau sans un quart de qualité.»

L'entraîneur-chef et directeur général des Roughriders, Chris Jones, a affirmé qu'analyser le travail de Ray est un cauchemar.

«Il y a probablement cinq ou six fois lors de notre dernière visite à Toronto (un gain de 27-24 le 7 octobre) où il y avait un joueur bien placé, mais qu'il trouvait quand même l'espace pour envoyer le ballon.

«Il sait où envoyer le ballon. Il garde son calme quand il est sous pression ou après un touché.»

Les Roughriders (10-8) compteront sur le vétéran Kevin Glenn. Comme Ray, Glenn est âgé de 38 ans, mais il n'a jamais remporté la Coupe Grey, tandis que Ray l'a gagnée trois fois.

Glenn a aussi connu une belle saison 2017, avec 4038 verges de gains et 25 passes de touché, ses meilleurs totaux depuis 2012.

«C'est toujours aussi spécial, a-t-il dit. Je le répète à mes coéquipiers, il faut apprécier ces moments et profiter de ces occasions. Il y a un sentiment d'urgence parce que vous ne savez jamais ce qui peut vous arriver demain.»