NOUVELLES
17/11/2017 19:23 EST

LE MONDE EN BREF DU SAMEDI 18 NOVEMBRE

Voici le Monde en bref du samedi 18 novembre à 04h00 GMT:

RYAD - Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri a quitté Ryad pour Paris où il doit être reçu samedi par le président Emmanuel Macron, mais la crise reste entière deux semaines après sa démission choc dans un contexte explosif entre l'Arabie saoudite et l'Iran.

HARARE - Après les anciens combattants, l'opposition et la société civile, les sections régionales du parti au pouvoir au Zimbabwe ont à une écrasante majorité exigé vendredi la démission du président Robert Mugabe, déterminé à rester au pouvoir qu'il détient depuis 1980.

BOGOTA - Le maire de Caracas Antonio Ledezma, figure de l'opposition vénézuélienne, devait arriver samedi matin en Espagne après avoir fui son pays où il se trouvait en résidence surveillée, accusé de conspiration contre le gouvernement de Nicolas Maduro.

NATIONS UNIES - La Russie a opposé, pour la deuxième fois en 24 heures, un veto à un projet de résolution du Japon prolongeant de 30 jours le mandat des experts internationaux enquêtant sur l'utilisation des armes chimiques en Syrie. La Chine s'est abstenue.

Deux projets de résolution concurrents, américain et russe, visant à prolonger d'un an le mandat des experts internationaux enquêtant sur les attaques chimiques en Syrie avaient été rejetés jeudi lors d'une réunion houleuse par le Conseil de sécurité des Nations unies.

BERLIN - Conservateurs, libéraux et écologistes allemands se sont donné vendredi jusqu'à dimanche pour tenter de trouver un accord de principe afin de former un gouvernement commun, des négociations à haut risque pour Angela Merkel qui joue son avenir.

La chancelière se retrouve plus que jamais au pied du mur. Si elle ne parvient pas à élaborer une feuille de route pour gouverner avec le parti libéral (FDP) et les Verts, les Allemands devront sans doute revoter. Un scrutin qui pourrait signer le clap de fin pour celle qui dirige l'Allemagne depuis 12 ans.

BONN - Sur fond d'urgence climatique et de défection des Etats-Unis, les délégués de près de 200 pays réunis à la 23e Conférence climat de l'ONU se sont accordés, dans la nuit de vendredi à samedi, pour dresser fin 2018 un bilan collectif de leurs émissions de gaz à effet de serre.

Objectif: évaluer le chemin qu'il leur reste à accomplir si le monde veut rester sous 2° de réchauffement comme le stipule l'accord de Paris. La COP24 est prévue en décembre 2018 à Katowice (Pologne).

GÖTEBORG (Suède) - Les dirigeants européens ont promis vendredi de donner un visage plus social à l'UE pour combattre l'euroscepticisme, lors d'un sommet en Suède où ils ont mis Theresa May sous pression pour avancer dans les négociations sur le Brexit.

BRUXELLES - Le dirigeant séparatiste catalan Carles Puigdemont devra comparaître une nouvelle fois à Bruxelles le 4 décembre devant un juge chargé d'examiner le mandat d'arrêt émis par l'Espagne à son encontre pour avoir organisé le référendum d'indépendance de la Catalogne. La défense du dirigeant et de quatre autres élus compte dénoncer un "procès politique".

BUENOS AIRES - Un sous-marin militaire argentin avec 44 membres d'équipage à bord dans l'Atlantique sud n'a plus donné de signe de vie depuis mercredi, et les autorités argentines ont lancé une alerte aux navires croisant dans la région.

ISTANBUL - Le secrétaire général de l'Otan a présenté vendredi ses excuses à la Turquie à la suite d'incidents lors de manoeuvres militaires en Norvège qui ont entraîné le retrait des 40 soldats turcs y participant. Et ce sur fond de vives tensions entre Ankara et certains de ses partenaires clés au sein de l'Otan, comme Washington et Berlin, et de rapprochement entre la Turquie et la Russie.

En cause: D'une part, un portrait d'Atatürk aurait figuré dans un document de présentation des "dirigeants ennemis". D'autre part, dans le cadre d'une discussion virtuelle faisant partie des simulations, un compte au nom de M. Erdogan, présenté comme un dirigeant "collaborant étroitement avec l'ennemi", aurait été créé lors de manoeuvres qui se sont achevées vendredi.

BAGDAD - L'Irak a repris vendredi en quelques heures la toute dernière localité tenue par le groupe Etat islamique (EI) sur son territoire, Rawa, infligeant une nouvelle défaite à l'organisation jihadiste qui ne contrôle plus que quelques zones désertiques à la frontière syrienne.

WASHINGTON - Donald Trump a gelé vendredi soir l'autorisation d'importer des trophées d'éléphants tués au Zimbabwe et en Zambie, vingt-quatre heures seulement après l'annonce très controversée par son administration de réinstaurer ces permis.

WASHINGTON - Après Hollywood, le monde politique : le débat sur le harcèlement sexuel s'étend, et le président Donald Trump, jusqu'à présent très discret, commence à s'impliquer - malgré les accusations qui pèsent contre lui.

NAIROBI - Après deux semaines de calme, la capitale kényane Nairobi a connu des scènes de chaos vendredi, au moins trois personnes ayant été tuées par balle pendant que la police réprimait violemment une manifestation de l'opposition, interdite par les autorités

LOME - Comme presque chaque semaine depuis fin août, ils étaient des milliers à battre le pavé dans les rues de Lomé et d'autres villes du pays jeudi et vendredi contre le régime de Faure Gnassingbé, sur fond de discrètes médiations pour réunir pouvoir et opposition togolaise autour de la même table.

ROME - Toto Riina, parrain redouté de la mafia sicilienne, est mort en prison à Parme (nord) vendredi à 87 ans, mais Cosa Nostra, devenue plus discrète, est cependant toujours là.

WASHINGTON - La marine américaine n'a pas apprécié l'humour potache de l'un de ses pilotes. Elle a qualifié vendredi d'"inacceptable" le dessin représentant un pénis géant que le pilote avait tracé dans le ciel avec les traînées de condensation de son appareil, pendant un entraînement.

burs-ib/plh