NOUVELLES
18/11/2017 12:55 EST

Haïti: manifestation de l'opposition contre l'armée

Plusieurs centaines de sympathisants de l'opposition haïtienne ont manifesté samedi dans les rues de Port-au-Prince pour critiquer la remobilisation de l'armée, officialisée le jour même dans la deuxième ville du pays par le président Jovenel Moïse.

"On ne veut pas de cette armée de voleurs mais on a besoin d'une armée pour nous apporter la sécurité car, voyez ce qui s'est passé à Grand Ravine : eux ont pour objectif de tous nous tuer, nous les pauvres", dénonçait Robert Nossant, un habitant d'un des quartiers défavorisés du centre-ville de la capitale.

Comme ce manifestant, beaucoup de manifestants protestaient contre une opération policière qui s'est déroulée lundi dans le quartier de Grand Ravine.

La police a reconnu qu'au moins sept civils avaient été tués lors de cette opération anti-gangs, en plus des deux policiers morts durant le coup de filet. Mais un juge de paix a été dépêché sur les lieux jeudi et a fait état de neuf civils tués.

"Le pouvoir politique de M. Jovenel Moïse est en train de mettre en place une armée partisane, une armée de tortionnaires alors que la remobilisation de l'armée devrait faire l'objet d'un débat national" a accusé Me André Michel, avocat à la tête du mouvement d'opposition.

"On n'aurait pas dû mettre en place cette armée de façon unilatérale comme le pouvoir est en train de le faire et c'est pourquoi nous sommes contre", a-t-il expliqué au cours de la manifestation qui s'est achevée sur des incidents et quelques dégâts matériels.

Au même moment au Cap-Haïtien, à 135 km au nord, s'est tenue la première parade militaire que le pays a connu en 23 ans.

Démobilisées en 1995 en raison de leur participation à de nombreuses exactions et coups d'État, les forces armées d'Haïti (FAD'H) ont été rétablies en 2015 sur décision du président de l'époque Michel Martelly : 150 soldats ont alors été formés en Equateur.

Vendredi, l'actuel président Jovenel Moïse a officialisé cette remobilisation en nommant un chef d'État major intérimaire, en charge de composer le haut commandement des FAD'H.

Les 150 soldats haïtiens ont défilé au Cap-Haïtien samedi à l'occasion de la commémoration de la victoire, le 18 novembre 1803, de l'armée d'anciens esclaves sur les troupes coloniales de Napoléon, bataille décisive aboutissant à l'indépendance d'Haïti le 1er janvier 1804.

amb/fjb