NOUVELLES
16/11/2017 08:40 EST

Une commission de l'Assemblée générale de l'ONU demande l'arrêt des attaques contre les Rohingya

La commission des droits de l'Homme de l'Assemblée générale de l'ONU a adopté jeudi une résolution réclamant l'arrêt des attaques birmanes contre la minorité musulmane Rohingya, malgré l'opposition de la Chine, de la Russie et d'autres Etats voisins.

La résolution, non contraignante, souligne "l'inquiétude très élevée" des Etats membres face à la violence et "au recours disproportionné à la force" des autorités birmanes contre les Rohingya.

Elle a été adoptée par 135 voix pour et 10 contre (avec 26 abstentions) à l'initiative de plusieurs pays musulmans conduits par l'Arabie saoudite. Elle était soutenue par les 57 pays membres de l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI).

Les dix pays ayant voté contre sont la Russie, la Chine, le Cambodge, les Philippines, le Laos, le Vietnam, la Syrie, le Zimbabwe, le Belarus et la Birmanie.

Plus de 600.000 Rohingyas ont fui l'ouest de la Birmanie depuis le déclenchement fin août d'opérations militaires birmanes contre des rebelles rohingya.

Pour l'ONG Human Rights Watch, le vote envoie "un message fort à la Birmanie que le monde ne restera pas sans rien faire alors que ses militaires sont engagés dans un nettoyage ethnique contre les Rohingya".

Le texte sera examiné en session plénière par l'Assemblée générale le mois prochain. Il demande aussi au secrétaire général de l'ONU de nommer un envoyé spécial des Nations unies pour la Birmanie.

Depuis fin août, le Conseil de sécurité réclame à la Birmanie un arrêt des opérations militaires, un acheminement sans entrave de l'aide humanitaire et un retour des réfugiés dans leurs zones d'origine.

L'ONU a qualifié les opérations militaires birmanes de "nettoyage ethnique". La Birmanie a démenti une telle intention, assurant ne vouloir qu'éradiquer une rébellion menée par des extrémistes rohingyas.

cml/prh/vog