NOUVELLES
16/11/2017 06:37 EST

Syrie/chimique: Paris appelle à "ne pas supprimer" le groupe d'enquête JIM

La France exhorte ses partenaires au Conseil de sécurité "à ne pas supprimer" le groupe d'experts internationaux appelé JIM et chargé d'enquêter sur le recours aux armes chimiques en Syrie, a déclaré jeudi l'ambassadeur français à l'ONU.

"Le JIM n'est pas un outil de l'ouest. Le JIM est notre bien commun et notre meilleur moyen de combattre le recours aux armes chimiques en Syrie", a souligné François Delattre.

Le Conseil de sécurité est appelé à voter vers 20H00 GMT sur deux projets de résolution concurrents de Washington et de Moscou sur un renouvellement pour un an du mandat du JIM, qui s'achève jeudi soir.

"Mon appel du jour est de dire à nos partenaires: s'il vous plait, pensez-y à deux fois avant de le supprimer", a insisté M. Delattre. "Parce que ce serait un revers stratégique majeur pour les fondamentaux de notre sécurité et pour l'avenir du régime de non-prolifération que nous avons construit au cours des dernières décennies", a-t-il averti.

Washington et Moscou ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur un texte unique et les prédictions de plusieurs diplomates sont qu'aucun des deux textes ne sera adopté. Moscou pourrait mettre son veto au projet américain tandis que le projet russe ne recueillerait pas les 9 voix nécessaires pour son adoption, sur les 15 du Conseil de sécurité.

Moscou, soutien de Damas, estime que le dernier rapport du JIM qui a impliqué le régime syrien dans une attaque chimique au sarin en avril est dévoyé et réclame une modification de son mandat. Washington, soutenu par les Européens, refuse, en jugeant que le groupe, composé d'experts de l'ONU et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), réalise un travail objectif et indépendant.

prh/elm