NOUVELLES
16/11/2017 01:23 EST | Actualisé 16/11/2017 02:02 EST

Le suspect de terrorisme Mohamed Harkat réclame au tribunal plus de liberté

OTTAWA — Une audience de deux jours débute jeudi en Cour fédérale sur la volonté d'un suspect de terrorisme, Mohamed Harkat, de pouvoir se déplacer sans restrictions au Canada.

L'Algérien d'origine, qui est âgé de 49 ans, vit avec son épouse dans la région d'Ottawa. Il est soumis à une surveillance étroite de la part d'agents de l'Agence des services frontaliers du Canada qu'il doit rencontrer à toutes les deux semaines.

Mohamed Harkat a été arrêté en décembre 2002 car il était soupçonné d'être un agent dormant du réseau terroriste al-Qaïda. Il a été placé en détention jusqu'en 2006 mais il fait l'objet d'un certificat de sécurité.

Mohamed Harkat veut faire valoir en Cour fédérale qu'il ne présente aucune menace pour quiconque au Canada et qu'un maintien de ses conditions de remise en liberté n'est pas justifié.

En 2010, le juge Simon Noël, de la Cour fédérale, a jugé qu'il y avait des motifs de croire que Mohamed Harkat demeurait une menace à la sécurité nationale du Canada.

Quatre ans plus tard, la Cour suprême du Canada conclu que l'Algérien d'origine avait bénéficié d'un traitement juste lors de l'étude de son dossier par le juge Noël.