NOUVELLES
16/11/2017 08:44 EST | Actualisé 16/11/2017 15:08 EST

L'ex-ministre française de la santé et des sports perd sa cause contre Nadal

PARIS — L'ex-ministre française de la Santé et des Sports Roselyne Bachelot devra verser 10 000 euros (11 800 $US) en dommages punitifs à Rafael Nadal pour l'avoir accusé de s'être dopé.

En mars 2016, Bachelot avait déclaré dans une émission de télévision française que l'absence de sept mois de Nadal à cause d'une blessure en 2012 était probablement due «à un test antidopage positif».

Nadal, qui a gagné 16 titres du Grand Chelem en carrière, a déposé une poursuite en diffamation contre Bachelot à Paris.

Le tennisman a mentionné qu'il verserait le montant d'argent obtenu à une organisation non gouvernementale, ou encore à une fondation en France.

«Lorsque j'ai déposé ma poursuite contre Mme Bachelot, je voulais non seulement défendre ma réputation et mon image en tant qu'athlète, mais aussi les valeurs que j'ai défendues pendant toute ma carrière», a dit Nadal par voie de communiqué.

Il a mentionné que la poursuite n'était pas motivée par l'argent.

Un tribunal français lui a aussi ordonné de verser une amende de 500 euros (590 $) à Nadal.

En avril 2016, Nadal a écrit au président de la Fédération internationale de tennis pour lui demander de rendre publics tous les résultats de ses tests antidopage et sanguins. Dans la même lettre, l'Espagnol a dit de Bachelot «que c'est inacceptable et certainement injuste que quelqu'un qui devrait avoir un certain niveau de connaissances dans les sports puisse publiquement dire quelque chose comme ça sans détenir aucune preuve».