NOUVELLES
16/11/2017 10:05 EST

L'ex-délégué climat d'Obama dénonce la décision "mal avisée" de Trump

Todd Stern, l'envoyé spécial pour le climat de Barack Obama, a dénoncé jeudi la décision "mal avisée" du président Donald trump de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris, le premier pacte engageant tous les pays à limiter le réchauffement climatique.

Il s'est dit "plus en colère que triste", "ennuyé, frustré" que le nouveau président américain rejette un accord que la communauté internationale a mis plus de deux décennies à négocier et conclu fin 2015.

C'est une décision "totalement mal avisée", a déclaré M. Stern à l'AFP en marge de la conférence de l'ONU sur le climat à Bonn, la COP23, à laquelle il assiste en tant qu'observateur après avoir quitté le département d'Etat en 2016.

"Des idéologues ont pensé que (le retrait) était une bonne idée, et des supporters de base du président ont pensé que c'était une bonne idée, mais il faut bien chercher pour trouver des gens informés, des entreprises qui pensent que c'était une bonne idée", a-t-il dit.

"Le changement climatique est un défi énorme, nous le savons tous", a-t-il ajouté. "Nous sommes engagés dans une course contre la montre pour transformer l'économie".

"Essayer de dire que c'est +un canular+, ou que cela ne veut rien dire, ou que c'est +un accord terrible+, et être la risée du reste du monde, c'est simplement ridicule", a ajouté M. Stern, qui a participé pendant plus de sept ans aux négociations climatiques.

Le président Barack Obama avait largement porté l'accord de Paris, que les Etats-Unis ont ratifié deux mois seulement avant l'élection de Donald Trump.

M. Trump, qui a dans le passé qualifié le réchauffement de "canular", a annoncé en juin le retrait des Etats-Unis de l'accord. Ce désengagement ne pourra cependant être effectif avant novembre 2020.

Une délégation américaine participe aux négociations à Bonn sur les règles devant régir la mise en oeuvre du texte.

La décision de Donal Trump a "inévitablement miné la crédibilité et la force de l'équipe américaine", estime Todd Stern, qui a aussi critiqué l'organisation lundi par la Maison Blanche à Bonn d'une réunion destinée à défendre les énergies fossiles.

"Est-ce que je trouve constructif de faire un événement sur le charbon ? Evidemment non", a dit Todd Stern, qui travaille désormais pour la Brookings Institution, un think tank basé à Washington.

mlr-sd/cho/glr