NOUVELLES
16/11/2017 00:53 EST

L'Asean s'abstient de condamner les attaques contre les Rohingyas

Les dirigeants du Sud-Est asiatique se sont gardés d'évoquer les accusations d'épuration ethnique portées contre l'armée birmane dans un communiqué publié jeudi, apportant leur soutien aux efforts de la Birmanie pour rétablir la paix dans l'Etat Rakhine.

Depuis fin août, plus de 600.000 musulmans rohingyas qui vivaient en Etat Rakhine, dans l'ouest de la Birmanie, se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir une campagne de répression de l'armée birmane. L'ONU a dénoncé une campagne "d'épuration ethnique".

Les défenseurs des droits de l'Homme avaient appelé les 10 pays membres de l'Association des nations du Sud-Est asiatique (Asean) à faire preuve de fermeté sur cette crise lors de leur sommet à Manille cette semaine.

Mais dans son communiqué, l'Asean ne condamne pas les attaques contre les Rohingyas et se borne à dire qu'un certain nombre de ses membres soutiennent le programme humanitaire mené par la Birmanie en Etat Rakhine.

"Ils ont exprimé leur soutien au gouvernement birman dans ses efforts pour ramener la paix, la stabilité, l'Etat de droit et pour promouvoir la paix et la réconciliation entre les différentes communautés", dit le texte.

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi a assisté au sommet de Manille, où elle a rencontré entre autres le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson.

Les réfugiés partis depuis fin août au Bangladesh, dont la moitié sont des enfants, ont témoigné d'exactions, de viols ou de meurtres de la part des soldats birmans, accusés de vouloir vider la région des musulmans.

ajm/ev/cr