NOUVELLES
16/11/2017 06:23 EST

Kosovo: démission du chef des juges européens qui crie à la corruption

Le chef des juges d'Eulex, l'organisme européen chargé d'enquêter et de juger les affaires sensibles au Kosovo, a annoncé sa démission, dénonçant de la "corruption" dans un entretien au quotidien français Le Monde paru jeudi.

"Ces dernières semaines, j'ai dénoncé plusieurs cas de corruption au sein de la mission", a déclaré le Britannique Malcolm Simmons.

Parallèlement, deux sources européennes à Pristina et Bruxelles, ont expliqué sous couvert de l'anonymat que Malcolm Simmons était lui-même l'objet d'investigations. Il y a "cinq enquêtes menées contre lui par Bruxelles, indépendamment d'Eulex" dont deux sont en phase finale, a détaillé la source à Pristina.

"Eulex n'est pas une mission visant à promouvoir un Etat de droit. C'est une mission politique", a accusé dans Le Monde le juge britannique.

Il reproche à Eulex d'avoir voulu "faire tomber une partie de la classe politique kosovare, comme Fatmir Limaj", ex-commandant de la guérilla albanophone UCK et à l'époque des faits chef d'un parti d'opposition au président Hashim Thaçi.

"Il y a des pressions constantes sur les juges", a encore dit Malcolm Simmons qui préside l'assemblée des juges d'Eulex depuis 2014.

"Beaucoup de mes collègues sont honnêtes et droits. Mais ils ne combattent pas le système, ils s'en accommodent, car ils savent que s'il leur venait à l'idée d'agir correctement, il leur arriverait des problèmes", accuse-t-il.

"Toutes les allégations (mettant en cause des membres d'Eulex) font l'objet d'enquêtes", a déclaré sans plus de détail une porte-parole de l'UE, Maja Kocijancic, qui a insisté sur une politique de "tolérance zéro" en la matière.

Sans préciser la nature des investigations, elle a relevé que Malcolm Simmons avait "refusé de coopérer dans l'enquête" et de fournir des preuves qu'il serait susceptible d'avoir en sa possession.

En octobre 2014, d'autres allégations de corruption avaient été portées par une procureure britannique contre des collègues. Mais les charges avaient été abandonnées, l'enquête n'ayant pas permis de démontrer de versement de pots de vin par le milieu kosovar.

L'Eulex, qui compte aujourd'hui 800 employés, a été mise en place en 2008, quelques mois après que le Kosovo avait proclamé son indépendance de la Serbie. Elle a pour mandat d'aider à la mise en place d'un système judiciaire stable en se chargeant des dossiers jugés trop sensibles pour la justice locale.

ih-axr/mat/ng/lch