NOUVELLES
16/11/2017 04:58 EST

Grèce: un groupe d'extrême gauche revendique les tirs contre le Pasok

Le groupe "Organisation d'autodéfense révolutionnaire" a revendiqué jeudi des tirs ayant visé début novembre les policiers en faction devant le siège du parti socialiste Pasok à Athènes, sans faire de blessés.

Apparu en juillet 2014 en revendiquant des tirs contre l'ambassade du Mexique à Athènes, ce groupe s'affichant d'extrême gauche avait été désigné par la police comme responsable de l'attaque devant le Pasok sur la base de l'analyse balistique.

Il a signé l'action dans un texte-fleuve publié sur le site alternatif Indymédia, comme ses précédentes revendications.

Il a indiqué avoir agi pour contrer "le terrorisme de l'État et des patrons", visant les forces anti-émeutes gardant l'entrée du Pasok en tant "qu'instruments" de la répression étatique.

Ce groupe avait aussi signé en novembre 2016 un attentat à la grenade contre l'ambassade de France à Athènes, qui avait légèrement blessé le policier grec en faction.

Le fusil d'assaut AK-47 utilisé lors de la dernière attaque avait déjà servi contre l'ambassade du Mexique et pour deux autres fusillades contre le siège du Pasok, en mai 2014 et janvier 2017.

Situé dans le quartier contestataire d'Exarchia, le siège du Pasok est aussi régulièrement la cible d'attaques au cocktail Molotov imputées à la mouvance anarchiste.

Le Pasok, troisième force parlementaire du pays, a été visé alors qu'il lançait des primaires pour se doter d'une nouvelle direction, une opération dénoncée comme un "show" par le groupe extrémiste.

cb/od/lch