NOUVELLES
16/11/2017 01:10 EST

Dopage - La Russie "poursuit son travail" malgré le maintien de sa suspension

La Russie "poursuit son travail" pour se mettre en conformité avec les exigences de l'Agence mondiale antidopage (AMA), malgré l'annonce du maintien de sa suspension à trois mois des Jeux d'hiver, a annoncé jeudi le directeur de l'agence russe antidopage.

"La Rusada répond à tous les critères d'indépendance et de transparence. Nous avons accompli une masse énorme de travail ces derniers mois", a plaidé lors d'une conférence de presse le nouveau directeur de la Rusada, Iouri Ganous, disant ne pas être surpris par la décision de l'AMA.

"La Rusada poursuit son travail. Le plus important à l'heure actuelle est d'assurer le développement et le fonctionnement de l'organisation", a poursuivi M. Ganous, mettant en avant l'augmentation continue du nombre d'inspecteurs de la Rusada.

"Nous avons une feuille de route divisée en points et nous l'avons réalisée avec attention et sérieux, pas à pas", a-t-il ajouté.

L'Agence mondiale antidopage a maintenu jeudi la suspension de la Rusada, une mauvaise nouvelle pour la Russie, qui ne sait pas encore si elle sera la bienvenue aux jeux Olympiques de Pyeongchang (9 au 25 février). Il convient au Comité international olympique (CIO) de se prononcer sur cette question début décembre.

La Rusada avait été suspendue en novembre 2015, au début du scandale qui a débouché sur la révélation d'un système de dopage impliquant de nombreux rouages de l'Etat russe, du ministère des Sports aux services secrets sur la période 2011-2015.

Depuis, la nouvelle Rusada a rempli la grande majorité des critères fixés par l'AMA. Mais le gendarme mondial de l'antidopage attend toujours une reconnaissance claire par Moscou des conclusions accablantes du rapport commandé au juriste canadien Richard McLaren, notamment la dimension institutionnelle du dopage.

M. Ganous a qualifié le rapport de "document sérieux" mais ajouté qu'il s'agissait d'une "question problématique".

Le président Vladimir Poutine a récemment suggéré que l'affaire était instrumentalisée par les Etats-Unis pour perturber la campagne présidentielle russe en mars 2018.

vvl-pop/gmo/cd