NOUVELLES
16/11/2017 01:46 EST

Cambodge: dissolution du principal parti d'opposition (Cour suprême)

La Cour suprême cambodgienne a annoncé jeudi la dissolution du principal parti d'opposition, à quelques mois d'élections cruciales pour le pays dirigé depuis 32 ans par l'inamovible Premier ministre Hun Sen.

La cour "a décidé de dissoudre le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP) et de bannir 118 leaders du parti de la vie politique pour cinq années", a déclaré le juge Dith Munty, après une journée de délibération.

Le CNRP a été reconnu coupable de préparer une révolution dans le pays, avec l'appui des Etats-Unis.

Pour ce verdict, le pouvoir avait mis en place une série de barricades dans les rues autour de la cour et déployé un important dispositif policier.

La tension est, depuis des mois, très forte dans ce pays d'Asie du Sud-Est et la crise s'est encore approfondie début septembre avec la mise en examen de Kem Sokha, le chef du CNRP, pour "trahison et espionnage", passibles de 30 ans de prison.

L'opposition a réalisé une percée remarquée aux élections municipales de juin 2017, un signe inquiétant pour Hun Sen avant les législatives de juillet 2018.

Adepte des formules chocs et des menaces, le Premier ministre cambodgien avait promis mercredi "l'enfer" à la vingtaine de députés d'opposition restants dans le pays s'ils ne rejoignaient pas ses rangs avant la dissolution.

A 65 ans, Hun Sen, homme fort du Cambodge depuis 32 ans, se dépeint comme la seule personne qui peut apporter la stabilité et la prospérité dans un pays toujours marqué par la guerre civile et le génocide perpétré par les Khmers rouges.

suy-tib/ole