NOUVELLES
15/11/2017 12:27 EST

La Hongrie a distribué un million de passeports à sa diaspora

Le gouvernement hongrois a annoncé mercredi avoir délivré en sept ans un million de passeports aux membres de la diaspora magyare installés à l'étranger, essentiellement dans les pays limitrophes, au titre d'une loi controversée sur la double nationalité adoptée à l'initiative du Premier ministre Viktor Orban.

Conséquence de l'histoire et des traités de paix après la première guerre mondiale, un peu plus de deux millions de Hongrois d'origine vivent dans les pays voisins de la Hongrie, qui compte 9,8 millions d'habitants.

"Nous avons enregistré notre millionième prestation de serment de la part d'un nouveau citoyen hongrois", a déclaré le vice-Premier ministre Zsolt Semjen sur une chaîne de la télévision publique, se félicitant de la "promesse tenue" par le gouvernement ultra-conservateur de Viktor Orban.

A son retour au pouvoir en 2010, l'une des premières mesures du dirigeant souverainiste avait été la présentation d'une loi donnant la possibilité aux Hongrois d'origine vivant notamment en Roumanie, Slovaquie, Serbie, Croatie et Ukraine, d'obtenir la nationalité hongroise.

Dans un pays qui vit encore comme un traumatisme, alimenté par la majorité au pouvoir, l'amputation du territoire national consécutif au Traité de Trianon de 1920, le texte stipulait que "chaque membre de la nation hongroise, même si tombé sous l'autorité de plusieurs Etats différents, fait partie de la même nation hongroise unifiée".

Au cours de ses deux mandats, Viktor Orban s'est régulièrement posé en défenseur de ces minorités, flattant leur sentiment identitaire, au prix parfois de conflits avec les Etats voisins.

Selon le vice-Premier ministre, 870.000 passeports ont été délivrés aux communautés magyarophones d'Europe centrale et 132.000 concernent la diaspora hongroise vivant dans d'autres pays.

Les opposants au chef du gouvernement, qui briguera un troisième mandat en 2018, lui reprochent de distribuer la nationalité hongroise à des fins électorales puisque les nouveaux citoyens se voient également accorder le droit de vote.

Aux législatives de 2014, les électeurs de la diaspora avaient majoritairement voté pour le parti Fidesz de M. Orban, favori pour le scrutin de 2018.

"Ce droit de vote est la garantie (...) par laquelle ces nouveaux citoyens sont assurés que le gouvernement hongrois quel qu'il soit prendra en compte leurs préoccupations", a expliqué mercredi M. Semjen.

pmu/smk/mr