NOUVELLES
15/11/2017 07:21 EST | Actualisé 15/11/2017 07:22 EST

Hausse des investissements miniers en 2016 au Québec, selon l'ISQ

MONTRÉAL — La glissade des investissements miniers observée au Québec depuis le sommet atteint en 2012 s'est inversée l'an dernier, notamment grâce à la performance du secteur aurifère, pour s'établir à 2,57 milliards $.

Il s'agit d'une croissance de 2,9 pour cent, souligne mercredi l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), qui anticipe que l'investissement minier devrait bondir de 17,8 pour cent cette année pour atteindre 3,02 milliards $.

Les métaux précieux, principalement l'or, ont représenté 69,3 pour cent des dépenses d'exploration et de mise en valeur, pour un total de 206 millions $, a observé le responsable des statistiques sur l'investissement minier à l'ISQ, Louis Madore.

Pour l'année en cours, l'agence statistique anticipe également une augmentation significative de 81,3 pour cent des investissements destinés à l'exploration, qui devraient atteindre 539 millions $.

Au cours de 2016, cette somme s'était établie à 297 millions $, en hausse de 14,6 pour cent sur un an.

Après un recul en 2015, l'Abitibi-Témiscamingue, où le secteur aurifère occupe une place prépondérante, a vu ses investissements miniers bondir d'environ 26 pour cent, à près de 896 millions $. À l'inverse, la Côte-Nord ainsi que le Nord-du-Québec ont vu les sommes dépensées diminuer respectivement de 22 pour cent, à 560 millions $, et de 17 pour cent, à 1 milliard $.

L'Association minière du Québec (AMQ) s'est réjouie du portrait global brossé par l'ISQ, soulignant toutefois que la reprise ne se faisait pas «sentir de la même façon» dans toutes les régions du Québec.