NOUVELLES
15/11/2017 01:50 EST

Catalogne: Moscou dénonce les accusations d'ingérence russe comme "hystériques"

La Russie a nié mercredi toute ingérence ou tentative de déstabilisation dans la crise catalane, dénonçant les suspicions énoncées par les autorités espagnoles et l'Otan à son encontre comme "non fondées" et "hystériques".

"Nous considérons ces affirmations comme non fondées et semblables, que ce soit volontaire ou non, à l'hystérie que nous observons aux Etats-Unis et dans d'autres pays", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Les ministres espagnols des Affaires étrangères et de la Défense ont alerté, lors d'une réunion avec leurs homologues de l'Union européenne lundi, sur des "désinformations" et des "manipulations" sur internet concernant la crise catalane et originaires selon eux du "territoire russe".

Si Madrid n'a pas directement mis en cause le Kremlin dans cette ingérence présumée, les éditions hispanophones des médias contrôlés par l'Etat russe RT et Sputnik ont été accusées notamment par le quotidien El Pais d'avoir fait "campagne" pour "l'indépendantisme catalan".

"Ni les autorités (espagnoles), ni l'Otan, ni les journaux n'ont avancé aucun argument valable en faveur de ces accusations", a affirmé M. Peskov.

Jeudi le général américain Curtis Scaparrotti, chef des forces de l'Otan en Europe, avait également demandé à la Russie "d'arrêter d'interférer" dans les élections en Europe, y compris en Catalogne.

"Certains de nos partenaires en Europe et (aux Etats-Unis) n'ont rien de mieux à faire que d'accuser nos médias et de les qualifier d'+agents de l'étranger+", a ironisé pour sa part mercredi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

"Il est probable qu'une telle hystérie sensationnaliste soit maintenue pour détourner l'attention des électeurs de l'impossibilité (des autorités) de régler les problèmes intérieurs" dans les pays accusant la Russie, a-t-il estimé.

Les autorités américaines ont souvent accusé RT et l'agence de presse Sputnik, contrôlées par l'Etat russe, de relayer la propagande du Kremlin et les soupçonnent d'avoir tenté d'influer sur la campagne pour l'élection présidentielle de 2016.

La chaîne russe RT a dû se plier aux exigences de Washington en s'enregistrant comme "agents de l'étranger" aux Etats-Unis, ce qui l'oblige à à rendre régulièrement des comptes aux autorités américaines sous peine de voir ses comptes gelés.

La Russie a préparé en représailles une loi permettant à tout média international opérant en Russie d'être désigné comme "agent de l'étranger". Ce texte a été votée par les députés russes.

pop/gmo/lch