Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

USA/automobile: un syndicat échoue à s'implanter dans une usine chinoise

Le syndicat de branche du secteur automobile américain (UAW) a échoué à s'implanter dans une usine de pare-brise et vitres pour voitures de l'Ohio appartenant au groupe chinois Fuyao, qualifiant cet échec de "décourageant".

Les ouvriers de cette usine basée à Moraine, dans le nord des Etats-Unis, ont rejeté jeudi soir la possibilité de se syndiquer par 868 voix contre 444 dans le cadre d'un vote qui était surveillé par le Conseil national des relations sociales (NLRB).

L'UAW espérait pouvoir se réimplanter sur le site après sa reprise par Fuyao en 2014. L'unité de fabrication était précédemment la propriété de General Motors, le premier constructeur automobile américain.

Il s'agit d'un nouvel revers pour l'UAW qui a, ces dernières années, échoué à s'implanter dans une usine Nissan à Canton (Mississippi, sud) et une autre de Volkswagen à Chattanooga (Tennessee, sud). Il tente aussi de le faire sur le site de Tesla à Fremont (Californie, ouest) mais rencontre une forte résistance de la part de la direction du constructeur de voitures électriques.

"Les ouvriers de Fuyao qui se battaient pour faire entendre leur voix sur leur lieu de travail ont été privés d'une victoire face à un barrage de tactiques anti-syndicales et d'intimidations par la direction de l'usine", a affirmé l'UAW dans un communiqué.

Rich Rankin, un responsable régional de l'UAW, a affirmé que les ouvriers de l'usine se sont tournés vers l'UAW pour dénoncer des conditions de travail dangereuses et discriminatoires. "Il est décourageant de voir qu'en 2017 il existe encore des entreprises prêtes à faire tout ce qu'elles peuvent pour priver les employés de leurs droits et d'un traitement équitable", a-t-il ajouté.

Fuyao s'est félicité des résultats du vote, dénonçant "une tentative désespérée" de l'UAW, "pour faire augmenter le nombre de ses cotisants face à un déclin du nombre d'employés syndiqués dans le monde".

"Nous sommes heureux que les employés aient préféré maintenir un dialogue direct avec l'entreprise et résisté aux tentatives du syndicat d'intervenir", a déclaré dans un communiqué le directeur du site Jeff Daochuan Liu.

str/hs/jld/vmt/elc

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.