Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Pakistan: MSF contrainte de quitter les zones tribales

Le Pakistan a demandé à Médecins sans Frontières (MSF) de mettre fin à ses dernières activités dans les zones tribales limitrophes de l'Afghanistan, a indiqué l'ONG vendredi, disant ignorer le motif de cette décision.

Les 120 employés de MSF travaillant dans l'agence tribale de Bajaur, qui fait partie des Zones tribales administrées par le gouvernement fédéral (FATA), devront la quitter d'ici au 17 novembre, a indiqué à l'AFP un responsable de MSF.

En septembre dernier, MSF avait déjà été contrainte de cesser ses activités dans l'agence de Kurram, qui fait également partie des FATA.

"La fermeture va laisser des milliers d'habitants de l'agence de Bajaur privés de soins vitaux et intervient à peine sept semaines après" celle de Kurram, a déclaré le responsable de l'ONG à l'AFP sous couvert d'anonymat.

"MSF n'aura désormais plus de présence en FATA, l'une des zones du pays où les besoins en soins d'urgence, aux mères et aux enfants est le plus aigu", souligne l'organisation dans un communiqué.

L'ONG dit avoir été informée par les autorités que le permis nécessaire à ses activités médicales n'allait pas être renouvelé, sans que le motif de cette décision lui ait été fourni.

Elle intervient alors que les ONG étrangères font l'objet d'une attention renforcée au Pakistan, en particulier dans les zones tribales.

Azaad Alessandro Alocco, représentant de MSF au Pakistan, a indiqué que l'ONG était "extrêmement déçue" de cette décision.

Les zones tribales, qui figurent parmi les plus pauvres et les plus instables du pays, sont régies par un système légal spécifique issu de la colonisation britannique et ont longtemps été secouées par les combats entre l'armée et les groupes islamistes armés.

Situées à la frontière de l'Afghanistan, ces territoires ont servi pendant des années de sanctuaires aux groupes armés talibans ou liés à Al-Qaïda.

Ses habitants se plaignent par ailleurs souvent d'être négligés par les autorités d'Islamabad.

MSF gérait un hôpital local à Bajaur depuis 2013. "Les services médicaux sont très limités dans la région et la plupart de nos patients ne peuvent pas se permettre même des soins de base", souligne MSF.

La fermeture de ces activités "va laisser un vide énorme et aura des conséquences sérieuses sur la santé des habitants de Bajaur et des zones à proximité comme l'agence de Mohmand", regrette l'ONG, qui est présente au Pakistan depuis 1986.

jaf/st/ahe/sba

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.