NOUVELLES
29/10/2017 15:03 EDT | Actualisé 29/10/2017 15:20 EDT

GP du Mexique - Déclarations

Toto Wolff (AUT), directeur de l'écurie Mercedes:

"J'ai détesté chaque moment de cette course. Elle était vraiment mauvaise et trop longue pour nous. Au début, avec l'accident entre Lewis et Seb, ça nous a tout de suite mis dans l'ambiance. Je me mets dans la position de Lewis, dans sa monoplace. Qu'est-ce qu'il se passe ? Seb est-il encore en course ? Peut-il marquer assez de points ? Puis, nous lui avons expliqué la situation exacte, les projections possibles et il est resté concentré parce que nous voulions le meilleur Lewis. Vous avez un écart de points énorme et les gens vous disent que c'est bon, c'est fait. Mais non. C'est le sport auto. Dans cet accident, Seb aurait pu s'en tirer et Lewis contraint à l'abandon. Le championnat était en jeu et, je pense, dans des conditions normales, il y aurait eu une pénalité pour Vettel. Mais c'est la course et le titre était en jeu alors. Le soulagement est énorme. Pendant la course, vous passez par plein d'émotions. Nous sommes amers parce que nous ne finissons pas à la place que nous voulions dans cette course. Notre voiture est très rapide mais, parfois, elle se comporte comme une diva, comme nous aimons le dire. Les championnats sont désormais joués et il faut préparer la suite. Nous devons trouver des solutions pour améliorer certaines choses et optimiser ce qui peut l'être. Valtteri peut jouer la 2e place et nous allons l'aider pour ça. Mais la priorité à présent est de bien démarrer 2018."

Sebastian Vettel (GER/Ferrari), 4e de la course: "Je suis déçu, évidemment. C'est dur de franchir la ligne et de se dire que la lutte pour le titre est finie. Le reste n'a pas d'importance, quoi qu'il se soit passé au départ. C'est le jour de Lewis. Il a été sacré et il le mérite. Dans l'ensemble, il a été le meilleur de nous deux et a fait le meilleur travail, c'est aussi simple que cela. Cétait sa saison et celle de Mercedes, même si évidemment, j'aurais apprécié que le suspense dure un peu plus longtemps. L'année prochaine, ce sera une histoire différente car on repartira tous de zéro. C'est un grand champion, mais je ne le crains pas. J'aime l'affronter en piste."

smr/sk