NOUVELLES
29/10/2017 02:05 EDT | Actualisé 29/10/2017 02:20 EDT

GP de Malaisie - MotoGP: Dovizioso force Marquez à attendre

La fête attendra. En lice pour un quatrième sacre mondial en MotoGP, Marc Marquez devra patienter jusqu'à la dernière manche de la saison pour valider le titre promis, après que son rival Andrea Dovizioso a remporté dimanche le Grand Prix de Malaisie.

Sur un circuit que ne lui réussit habituellement pas, le pilote espagnol (Honda) a terminé quatrième, ratant le podium pour la première fois en cinq courses, mais son large sourire à l'arrivée trahissait sa confiance, intacte.

En effet, il faudrait un cataclysme pour qu'il ne soit pas champion du monde le 12 novembre devant son public à Valence, alors qu'il possède 21 points d'avance au classement pilotes sur l'Italien de l'écurie Ducati. Son scénario cauchemar : que "Dovi" gagne et qu'il finisse au-delà de la 13e place ou qu'il abandonne...

En attendant, Dovizioso a réussi son pari, celui de relancer un suspense que beaucoup voyait terminé après son Grand Prix d'Australie raté (13e). Deuxième des qualifications samedi, le pilote romagnol a conclu un "week-end parfait" avec un deuxième succès consécutif à Sepang.

"Je suis très heureux de maintenir en vie mon défi de gagner le Championnat", a réagi l'Italien. "J'avais un bon rythme. C'était très difficile mais la moto a très très bien marché pour moi", sur une piste humide mais pas balayée par la forte pluie pourtant attendue, a réagi à chaud l'Italien.

Dans le sillage de son N.4, Ducati a réussi le doublé, avec l'Espagnol Jorge Lorenzo (à 743/1000) sur la deuxième marche. Le Français Johann Zarco (Yamaha Tech3), à 9 sec 738, complète le podium, son deuxième pour sa saison de +rookie+.

L'Avignonnais, parti de la première ligne, a réussi un départ canon, qui lui a permis d'être en tête une bonne partie de la première moitié de la course, avant d'être englouti par les deux motos de l'écurie de Bologne.

- Morbidelli sacré en Moto2 -

Lorenzo, 1er, et Dovizioso, 2e, ont vite creusé l'écart sur le reste des pilotes - mais cet ordre ne faisait les affaires ni de l'Italien ni de son écurie, Marquez, 4e sans prendre de risques, étant champion du monde virtuel sous cette configuration.

Des consignes allaient-elle être données ? Finalement, "Dovi" a profité d'une faute de son coéquipier pour le doubler à cinq tours de l'arrivée.

"J'ai essayé... mais c'est OK, Dovizioso a gagné", a commenté Lorenzo, niant toute stratégie d'équipe. "Je voulais gagner la course. J'ai fait une erreur dans le virage 15 et j'ai cru que j'allais avoir un accident. Je ne voulais pas percuter Dovizioso."

Troisième, Zarco a encore brillé. "Super course, c'est génial", a-t-il commenté au micro d'Eurosport. "C'est en faisant des courses comme ça que j'obtiendrai la victoire" que la France attend depuis 1999.

En Moto2, Zarco, sacré en 2015 et 2016, a trouvé son successeur: l'Italien Franco Morbidelli (Kalex). Troisième derrière le vainqueur portugais Miguel Oliveira (KTM), le Romain de 22 ans a profité du forfait sur blessure de son dernier rival au Championnat du monde, le Suisse Thomas Lüthi (Kalex), pour valider son sacre.

En Moto3, l'Espagnol Joan Mir, champion depuis l'Australie, a remporté un 10e succès, un record depuis la création de la catégorie en 2012.

bur-ah/pel/dhe