NOUVELLES
25/10/2017 22:49 EDT | Actualisé 25/10/2017 23:00 EDT

Yémen: grève de la faim de détenus dans une prison d'Aden (HRW)

Des dizaines de prisonniers ont cessé de s'alimenter pour protester contre leurs conditions de détention dans une prison informelle d'Aden au Yémen gérée par des forces soutenues par les Emirats arabes unis, a rapporté jeudi Human Rights Watch (HRW).

La grève de la faim a débuté le 21 octobre, a précisé l'organisation de défense des droits de l'Homme, en citant les témoignages des familles de détenus.

Ces personnes sont détenues dans le centre de Bir Ahmed, un camp militaire contrôlé par la force yéménite appelée "Ceinture de sécurité", qui sécurise la grande ville du sud du Yémen.

Cette force est soutenue par les Emirats arabes unis, l'un des piliers de la coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite qui intervient militairement au Yémen en soutien au gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Les familles ont indiqué dans un communiqué cité par HRW que leurs proches avaient cessé de s'alimenter jusqu'à ce que leurs "droits juridiques et humanitaires" soient reconnus.

Selon HRW, de nombreuses autres personnes sont détenues arbitrairement au Yémen par les parties en conflit, notamment les rebelles chiites houthis et leurs alliés, les partisans de l'ancien président Ali Abdallah Saleh qui contrôlent Sanaa et le nord du pays.

"Les parties en conflit doivent traiter les détenus avec humanité, libérer ceux qui sont détenus arbitrairement et veiller à ce qu'ils aient accès à des avocats et à des membres de leur famille", a appelé l'ONG.

La guerre au Yémen oppose les Houthis aux forces pro-Hadi. Elle a fait plus de 8.650 morts et près de 58.000 blessés depuis l'intervention en mars 2015 de la coalition arabe et a provoqué une grave crise humanitaire, selon l'ONU.

bur/mh/cmk