NOUVELLES
26/10/2017 14:03 EDT | Actualisé 26/10/2017 23:27 EDT

Restaurant Brands affiche un bénéfice de 91,4 millions $ au 3e trimestre

VANCOUVER — La société mère de Tim Hortons a affiché jeudi un bénéfice en hausse de près de six pour cent pour son plus récent trimestre, malgré la dispute qui perdure entre la direction de la chaîne de cafés et un groupe de franchisés mécontents — un conflit qui a débouché sur plusieurs poursuites en justice.

«Vous savez, ce n'est jamais utile, pour une marque, de recevoir de l'attention négative de la part des médias», a affirmé le chef de la direction de Restaurant Brands International, Daniel Schwartz, lors d'un entretien. Il a ajouté ne pas avoir l'intention de spéculer quant à l'impact que pourrait avoir l'opinion publique au sujet de la dispute entre le groupe de franchisés — la Great White North Franchisee Association (GWNFA) — et Restaurant Brands International (RBI) sur la chaîne.

Le regroupement de franchisés, qui s'est formé en mars, a récemment annoncé que la moitié des franchisés de la bannière Tim Hortons faisaient maintenant partie de ses membres.

«Beaucoup de choses ont été dites. Nous ne savons pas ce qui est vrai et ce qui n'est pas vrai», a noté M. Schwartz lorsque questionné à savoir si le nombre croissant de franchisés mécontents forcerait l'entreprise à modifier la façon dont elle gère ce problème.

Restaurant Brands International (TSX:QSR) dévoilait jeudi ses résultats financiers pour le troisième trimestre.

La société a affiché un bénéfice de 91,4 millions $ US pour le trimestre clos le 30 septembre, notamment grâce à la croissance des ventes pour sa chaîne de restaurants Burger King. Le résultat du plus récent trimestre représentait une hausse de 5,91 pour cent par rapport à celui de 86,3 millions $ US réalisé à la même période un an plus tôt.

M. Schwartz a répété que la société travaillait, depuis des décennies, avec son conseil consultatif de franchisés élus, et que c'est ce qu'elle continuerait à faire. En outre, le chef de la direction a indiqué qu'il voyageait, avec son équipe, à travers le Canada pour rencontrer les propriétaires des restaurants.

La GWNFA a indiqué qu'au moins un de ses membres avait l'intention de briguer un poste au sein du conseil consultatif lors de la prochaine élection, même si le groupe ne croit pas que ce conseil est efficace.

Quiconque croit pouvoir contribuer au conseil de façon collaborative est bienvenu, a pour sa part observé M. Schwartz.

Le groupe et l'entreprise, qui est aussi la société mère de la chaîne de restaurants Popeyes Louisiana Kitchen, ne s'entendent pas sur un certain nombre de décisions prises par la direction. Celles-ci concernent des mesures de réduction de coûts et l'utilisation de l'argent d'un fonds national de publicité.

En juin, la GWNFA a déposé une poursuite en justice, accusant l'entreprise d'utiliser de façon inappropriée l'argent de ce fonds. Les allégations n'ont pas été prouvées en cour et RBI les rejette.

Restaurant Brands a répondu en septembre avec sa propre poursuite, lorsqu'une de ses filiales, TDL Group, a transmis des avis de défaut à tous les membres de la GWNFA qui siègent au conseil d'administration. Elle accuse les membres du conseil d'avoir coulé de l'information confidentielle à l'ancien chef de la direction de Tim Hortons, Don Schroeder, qui les aurait ensuite refilées à un journaliste. L'association et M. Schroeder ont rejeté ces affirmations.

La GWNFA a ensuite déposé une deuxième poursuite. Cette fois, elle a accusé RBI, TDL et plusieurs membres de la direction d'interférer continuellement avec leur droit de s'associer. Aucune des accusations n'a été prouvée en cour.

«Il est regrettable que, vous savez, certaines personnes choisissent de nous poursuivre en justice», a indiqué M. Schwartz, ajoutant que les accusations étaient sans fondement et que l'entreprise avait l'intention de se défendre.

Restaurant Brands a l'intention de rester concentrée sur la croissance de la marque avec l'aide des propriétaires de restaurants, a-t-il précisé. L'entreprise a l'intention de lancer d'autres boissons innovatrices et de nouveaux produits pour ses menus de dîner. Elle a aussi récemment lancé une nouvelle application pour téléphone mobile.

L'action de RBI a reculé jeudi de 2,15 $, soit 2,5 pour cent, pour clôturer à 84,05 $ à la Bourse de Toronto.