NOUVELLES
26/10/2017 04:02 EDT | Actualisé 26/10/2017 04:20 EDT

Réforme-500 ans: le pape vante le dialogue entre catholiques et protestants

Le pape François a vanté jeudi le dialogue entre catholiques et protestants après "des siècles de conflit", quelques jours avant la commémoration des 500 ans de la Réforme.

Il recevait jeudi au Vatican le pasteur Derek Browning, la plus haute personnalité de l'Eglise d'Ecosse, qui est protestante presbytérienne et compte environ 600.000 fidèles.

"Notre rencontre advient peu avant les 500 ans de commémoration de la Réforme, à laquelle je me suis joint il y a un an à Lund", a rappelé le pape, en évoquant "le grand don d'être unis pour vivre cette année en véritables frères, non plus en rivaux, après trop de siècles d'éloignement et de conflits".

Fervent avocat de l'unité des chrétiens, le pape avait participé à Lund en Suède au lancement de l'année du 500ème anniversaire de la Réforme de Martin Luther, main dans la main avec les protestants, un geste longtemps impensable.

Il s'agissait de la première commémoration oecuménique commune consacrée au moine allemand Martin Luther qui provoqua un schisme de l'Eglise au 16ème siècle. Le 31 octobre 1517 est le point de départ du mouvement de la Réforme, avec la diffusion des "95 thèses" de Martin Luther

Le pape argentin a déploré jeudi que catholiques et protestants, qui partagent le baptême, se soient trop longtemps "regardés à distance", "tournés vers les différences et les erreurs, le coeur prompt aux récriminations sur les torts subis".

Pour lui, le dialogue entamé depuis quelques décennies a permis "d'intensifier la compréhension" et de travailler à "une purification réciproque de la mémoire".

Le pape a une nouvelle fois mis en exergue "la persécution" dans le monde des "chrétiens", allant parfois jusqu'à la mort, sans distinction de leur appartenance à une Eglise particulière: "tant d'entre eux portent une lourde croix lorsqu'ils professent leur foi, beaucoup jusqu'au martyre, leur témoignage nous pousse à persévérer".

Le dialogue des protestants et des catholiques qui vise à l'unité des chrétiens constitue "une réponse qu'on (...) doit" aux chrétiens persécutés, a ajouté le pape.

cm/pg