NOUVELLES
26/10/2017 06:59 EDT | Actualisé 26/10/2017 07:20 EDT

GB: extradition validée pour un ex-responsable de HSBC vers les Etats-Unis

Un ancien haut responsable de la banque britannique HSBC, Stuart Scott, peut être extradé vers les Etats-Unis afin d'y être jugé pour délit d'initié sur le marché des changes, selon une décision de justice dévoilée jeudi.

M. Scott, ex-responsable pour l'Europe du marché des devises, avait été arrêté début juin au Royaume-Uni à la demande des autorités américaines qui avaient demandé son extradition vers les Etats-Unis.

"M. Scott et ses représentants légaux sont déçus par la décision d'aujourd'hui", selon une déclaration transmise à l'AFP par Anne Davies, avocate à Londres de l'ancien banquier de HSBC, libéré sous caution.

"Nous pensons que le dossier du gouvernement américain présente des défauts et est tout à fait inexact", est-il précisé, alors que M. Scott rejette une nouvelle fois toutes les accusations à son encontre et "va immédiatement et vigoureusement contester la décision" de la justice britannique en faisant appel.

L'extradition de M. Scott est décidée trois jours après que son ancien collègue et supérieur Mark Johnson, ancien responsable pour le monde du courtage des devises, a été reconnu coupable des mêmes chefs d'accusation, à savoir de délit d'initiés sur le marché des changes, au terme d'un procès à New York.

M. Johnson avait été arrêté en juillet 2016 à New York et inculpé un mois plus tard avant d'être remis en liberté sous conditions en attendant le procès. Ce Britannique attend désormais l'énoncé de sa sentence à une date non précisée.

Ces arrestations témoignent de la volonté du ministère américain de la Justice de traîner devant les tribunaux banquiers et traders dont les pratiques illicites ont conduit à la crise de 2008.

Les faits reprochés datent de novembre et décembre 2011, un mois après qu'une société énergétique a retenu HSBC pour un ordre d'achat massif visant à convertir des ventes de 3,5 milliards de dollars en livres sterling.

MM. Johnson et Scott se sont servi de ces informations pour acheter en amont des livres pour le compte propre de HSBC avant de valider l'ordre d'achat du client. Ils ont ensuite vendu les livres acquises par leur banque, ce qui a permis à HSBC d'engranger un profit total de 8 millions de dollars, dont 3 millions pour les deux traders, selon l'accusation.

HSBC a de son côté écopé fin 2016 de l'équivalent d'environ 500 millions d'euros d'amende au Royaume-Uni et aux États-Unis pour manipulation du marché des changes.

jbo/pn/gde

HSBC HOLDINGS