NOUVELLES
26/10/2017 17:10 EDT | Actualisé 26/10/2017 23:29 EDT

Chargers-Patriots: Rivers obtient une autre chance de se mesurer à Brady

FOXBOROUGH, Mass. — Dans sa jeunesse dans le nord de l'Alabama, Philip Rivers avait sur ses murs des photos de Brett Favre, Troy Aikman, Dan Marino, Joe Montana, John Elway, Steve Young. Les quarts-arrières étaient ses héros.

C'est un peu pourquoi le match des Chargers (3-4) ce dimanche sera encore plus spécial à ses yeux, contre Tom Brady et les Patriots (5-2).

«Quand vous affrontez un gars qui a remporté autant de fois le Super Bowl et qui joue encore à un tel niveau à 40 ans, c'est vraiment quelque chose, a dit Rivers, 35 ans. J'ai bien hâte d'obtenir une autre chance contre lui.»

Rivers a un dossier de 1-6 face aux Patriots, le seul gain survenant en 2008 à San Diego avec Brady à l'écart, blessé au genou. S'il parvenait à signer un premier gain à Foxborough, ce serait aussi une quatrième victoire de suite pour les Chargers.

Brady confie avoir toujours admiré Rivers.

«Il n'y a pas grand-chose qui le déstabilise, a dit Brady. On pourrait dire qu'il a à peu près tout vu.»

La Nouvelle-Angleterre est également invaincue depuis trois matches. Brady mène la ligue avec 2208 verges aériennes, dont 15 passes de touchés (à égalité en deuxième place à ce chapitre).

Les Patriots aimeraient bien amorcer leur semaine de congé forts d'une victoire de plus.

«Vous voulez terminer sur une bonne note et en étant fiers de ce que vous avez fait, a dit Brady. Mais ils ont le vent dans les voiles et leur défense est très bonne. Ça ne va pas être facile.»

Joey Bosa a brillé avec cinq sacs depuis le début de la séquence victorieuse des Chargers.

L'ailier rapproché Antonio Gates, des Chargers, a vu sa position évoluer grandement depuis son arrivée dans la NFL, il y a 15 ans.

À ses débuts, seuls quelques gros noms jouaient à cette position. Maintenant, les stratégies abondent pour essayer de contrer les meilleurs ailiers rapprochés, les schémas offensifs les impliquant de plus en plus.

«Je pense que tous les clubs ont un gars qui peut vous faire mal», a dit Gates.

 Il mentionne que dans la crème de la crème se trouve Rob Gronkowski, des Patriots. Ce dernier totalise déjà 452 verges de réceptions, au deuxième rang de la NFL à sa position. Il a capté quatre passes de touché, à égalité en deuxième place à ce chapitre.