NOUVELLES
26/10/2017 02:01 EDT | Actualisé 26/10/2017 02:20 EDT

Bataille de Marawi: Washington revendique "un rôle très important"

Les Etats-Unis ont affirmé jeudi avoir joué "un rôle très important" dans la victoire finale des forces philippines contre des combattants jihadistes qui étaient retranchés depuis mai à Marawi, dans le sud de l'archipel.

L'ambassadeur des Etats-Unis à Manille, Sung Kim, a notamment mis en avant jeudi les renseignements collectés par les forces américaines, mais aussi les conseils fournis aux Philippins en matière de combat urbain.

Le gouvernement philippin a annoncé lundi la fin de la bataille de Marawi, après cinq mois de combats qui ont fait plus de 1.100 morts.

"Nous avons joué un rôle très important en soutien des efforts pour reprendre Marawi", a déclaré le diplomate aux journalistes.

"Nous avions des (avions de surveillance) P-3, des (drones) Grey Eagle qui ont fourni des informations cruciales aux forces armées des Philippines afin qu'elles puissent mener les opérations nécessaires à la reprise de Marawi", a-t-il ajouté.

Il a ajouté que les forces américaines avaient apporté des "conseils techniques très utiles", notamment dans le domaine des combats urbains au sujet desquels elles ont beaucoup plus d'expérience que les militaires philippins.

Les Etats-Unis ont également fourni des armes, des munitions et des canots pneumatiques aux forces philippines, et promis 750 millions de pesos (12 millions d'euros) d'aide aux habitants de Marawi contraints de fuir les combats.

M. Kim a précisé que les Etats-Unis avaient entre 100 et 200 militaires basés dans le sud des Philippines, où ils forment et conseillent les forces locales dans la lutte contre les groupes islamistes. Mais il s'est refusé à détailler le rôle qu'ils ont joué à Marawi.

Washington et Manille sont deux alliés très proches unis par un pacte de défense.

Mais les relations s'étaient tendues après l'arrivée au pouvoir du président philippin Rodrigo Duterte, qui avait notamment traité l'ex-dirigeant américain Barack Obama de "fils de pute" pour ses critiques à l'égard de la "Guerre contre la drogue" du dirigeant de Manille.

La brouille avec Washington avait aussi coïncidé avec des efforts de M. Duterte pour se rappocher de la Chine. Lors d'une visite à Pékin en 2016, le président philippin avait même annoncé la "séparation" avec Washington.

Le président philippin a cependant promis il y a quelques semaines une relation amicale avec les Etats-Unis, semblant tourner la page d'une phase de tensions.

M. Kim a affirmé jeudi que les relations bilatérales étaient "de retour à la normale".

mm/kma/jac/lb