NOUVELLES
24/10/2017 14:55 EDT | Actualisé 24/10/2017 15:05 EDT

Le nouveau Parlement allemand élit son président dans une ambiance plus agitée

BERLIN — Le nouveau Parlement allemand a élu Wolfgang Schaeuble, pendant longtemps ministre des Finances, à titre de président de l'assemblée, mardi, tandis que le parti nationaliste Alternative pour l'Allemagne a déclaré qu'une «nouvelle ère» s'ouvrait au moment où ses membres élus prenaient place pour la première fois.

La séance d'ouverture a reflété une ambiance plus agitée à l'intérieur du palais du Reichstag à Berlin, bien qu'un nouveau gouvernement ne sera pas en place avant quelques semaines, voire quelques mois. Les autres partis ont rejeté le candidat à la vice-présidence proposé par l'Alternative pour l'Allemagne.

M. Schaeuble, membre du bloc conservateur de la chancelière Angela Merkel, a affirmé aux législateurs qu'un style respectueux serait important dans le nouveau Parlement. Il a fait valoir que les membres devaient être prêts à respecter les procédures démocratiques, et ne pas «dénoncer les décisions majoritaires comme étant illégitimes ou une forme de trahison».

La nouvelle chambre basse compte 709 législateurs, un nombre sans précédent. Elle comporte six caucus, comparativement à quatre dans l'assemblée précédente.

L'Alternative pour l'Allemagne, ou AfD, le premier parti à la droite des conservateurs de Mme Merkel sur l'échiquier politique à faire son entrée au Parlement en 60 ans, compte 92 législateurs.

AfD a obtenu 12,6 pour cent du vote le mois dernier à la suite d'une campagne ayant misé sur des critiques virulentes à l'endroit de Mme Merkel et de sa décision en 2015 de permettre l'entrée en Allemagne d'un nombre imposant de migrants. Le parti a aussi tiré profit d'une insatisfaction plus large à l'endroit de politiciens établis.

«L'ancien Parlement, au sein duquel vous étiez en mesure de régler tout entre vous et d'écarter la concurrence (...), a été chassé par le vote populaire. Les gens ont parlé et désormais, une nouvelle ère s'amorce», a déclaré aux législateurs le whip en chef du parti nationaliste, Bernd Baumann.