NOUVELLES
24/10/2017 08:20 EDT | Actualisé 24/10/2017 08:40 EDT

Coupures d'électricité au Venezuela, un "sabotage" selon le pouvoir

Une coupure d'électricité frappait mardi l'ouest du Venezuela, dans la ville de Maracaibo et d'autres zones de l'Etat pétrolier de Zulia, a dénoncé le gouvernement, affirmant qu'il s'agit d'une "tentative de sabotage".

"En raison d'une tentative de sabotage dans l'Etat de Zulia, les lignes (électriques) ont été coupées, privant d'énergie tout Maracaibo", la deuxième ville du pays, a indiqué sur son compte Twitter le ministre de l'Energie électrique, Luis Motta.

Selon les autorités, un interrupteur d'une sous-station du site pétrochimique El Tablazo (nord-ouest) a explosé mardi matin. Un employé qui surveillait les installations a souffert de brûlures au visage.

Les coupures électriques sont très fréquentes au Venezuela et généralement attribuées par le gouvernement à des sabotages.

"L'électricité est coupée huit fois par jour, plusieurs secondes et jusqu'à une demi-heure, ça va et ça vient, et ils disent toujours que c'est un sabotage", a témoigné à l'AFP Ana de Zambrano, habitante de Maracaibo.

L'Etat de Zulia, avec 3,7 millions d'habitants, est le plus peuplé du Venezuela et enregistre des températures supérieures à 40 degrés.

Plusieurs attaques au réseau électrique dans cet Etat ont été recensées cette année, dont une en janvier qui a fait un mort et pour laquelle deux personnes ont été arrêtées. En juillet, un autre sabotage présumé a fait un mort à Maracaibo.

En février, trois personnes avaient péri carbonisées dans une autre tentative présumée de sabotage, sur un site pétrochimique du nord du pays.

Le Venezuela, qui dispose des plus importantes réserves pétrolières de la planète, a vu son économie s'effondrer avec la chute des cours du brut, tandis que les tensions politiques entre gouvernement du président socialiste Nicolas Maduro et opposition s'accentuaient.

Début 2016, les autorités avaient mis en place pendant plusieurs mois des mesures drastiques pour économiser l'électricité, dont des coupures de quatre heures par jour pendant 40 jours, invoquant une sévère sècheresse.

mbj/ka/mr

ANA HOLDINGS

TWITTER