NOUVELLES
24/10/2017 05:54 EDT | Actualisé 24/10/2017 06:00 EDT

Catalogne: le scénario d'élections anticipées est envisagé, selon un parti séparatiste

Les indépendantistes au pouvoir en Catalogne envisagent d'organiser des élections dans la région pour surmonter la crise qui les oppose au gouvernement central, une option qu'ils écartaient jusque-là, a déclaré mardi un porte-parole de la CUP, leur allié au Parlement régional.

La CUP (Candidature d'unité populaire) voit "deux scénarios, et à notre connaissance, les deux sont sur la table: l'un est le scénario de l'autodétermination; un autre scénario (...) est la convocation d'élections anticipées", a déclaré Carles Riera, élu au Parlement régional de ce petit parti indépendantiste d'extrême gauche.

La CUP ne fait pas partie du gouvernement de Carles Puigdemont, mais sans elle, la coalition séparatiste du président catalan n'a pas de majorité au Parlement régional.

Elle presse Carles Puigdemont de déclarer unilatéralement l'indépendance sans plus attendre et a prévenu qu'elle était opposée à des élections anticipées.

Carles Riera a assuré que ce scénario serait "l'outil le plus destructeur pour mettre fin à notre processus" vers l'indépendance.

Mardi, le porte-parole du gouvernement catalan Jordi Turull a lui éludé une question à propos d'éventuelles élections anticipées, alors qu'il répétait jusqu'ici que cette possibilité n'était "pas sur la table".

Le gouvernement central dirigé par Mariano Rajoy, qui se prépare à prendre le contrôle des institutions catalanes pour mettre fin aux menaces d'indépendance, avait affirmé qu'il pourrait faire marche arrière si Carles Puigdemont convoquait des élections anticipées.

Mais mardi, des ministres et élus conservateurs semblaient moins ouverts, laissant entendre que l'exécutif régional devrait faire d'autres gestes supplémentaires, comme dire clairement s'il écarte une déclaration unilatérale d'indépendance.

Le gouvernement espagnol martèle que les indépendantistes, qui ont organisé le 1er octobre un référendum d'autodétermination malgré son interdiction par la justice, sont "hors-la-loi".

Les sécessionnistes considèrent pour leur part que les résultats de ce scrutin -90% de oui à l'indépendance avec 43% de participation, selon leurs chiffres- leur donnent un "mandat populaire" pour proclamer une République catalane indépendante.

jz/av/mck/sg