NOUVELLES
24/10/2017 10:59 EDT | Actualisé 24/10/2017 11:20 EDT

Brésil : la Cour suprême tranchera plus tard sur une extradition de Battisti

La Cour suprême du Brésil n'a pas tranché mardi sur une extradition de l'ex-militant d'extrême gauche italien Cesare Battisti, réclamé par son pays, reportant sa décision sine die pour des raisons techniques, a annoncé l'un de ses juges.

Les avocats de Battisti avaient présenté une demande d'habeas corpus pour empêcher que le président conservateur Michel Temer l'extrade vers l'Italie. Mais le juge Luiz Fux a indiqué avoir "requalifié" la procédure au début de la séance de la Cour, estimant qu'une "plainte" concernant les droits de Battisti serait plus appropriée.

L'Italien a été condamné en 1993 par contumace par la justice de son pays à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres à la fin des années 1970. Il a toujours clamé son innocence et a depuis refait sa vie au Brésil.

"Je requalifie la procédure en plainte ("reclamaçao" en portugais) et la soumettrai à la délibération de ce groupe" de cinq juges de la Cour, a déclaré le magistrat Fux, sans préciser quand cette délibération aurait lieu.

Le président Michel Temer est, selon des sources au palais présidentiel, favorable à un geste diplomatique fort envers l'Italie, ulcérée des refus à répétition de Brasilia de livrer Battisti. Mais il préfère attendre l'avis de la Cour plutôt que d'être contredit par la suite.

L'ancien président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva avait, au dernier jour de son mandat en 2010, rejeté l'extradition de Battisti décidée par la Cour suprême, par décret. Un décret qui "ne peut plus être révoqué depuis deux ans", a assuré récemment l'Italien à l'AFP, ajoutant que son extradition "serait illégale".

Un autre juge, Marco Aurélio Mello, a fait valoir mardi qu'en 2010, la Cour suprême avait pris sa décision en séance plénière, et il n'a pas exclu que la nouvelle délibération sur l'affaire Battisti puisse avoir lieu entre les 11 juges de la plus haute juridiction du Brésil, plutôt que cinq.

Le 4 octobre, Cesare Battisti avait été placé en détention provisoire après un contrôle policier alors qu'il s'apprêtait à quitter le Brésil à bord d'un taxi bolivien avec un montant de devises supérieur à la somme autorisée. Soupçonné d'avoir tenté de fuir le pays avant une extradition, il avait été libéré toutefois peu après.

Le juge Fux avait ordonné que soit bloquée une "éventuelle extradition" de Cesare Battisti tant que la Cour suprême ne se serait pas prononcée sur la demande d'habeas corpus, accordant un sursis à l'Italien.

dw-pt/mct