NOUVELLES
23/10/2017 01:44 EDT | Actualisé 23/10/2017 02:00 EDT

Yémen: quatre soldats et cinq kamikazes tués dans un attentat

Quatre soldats yéménites et cinq kamikazes ont été tués lundi dans une attaque attribuée à Al-Qaïda contre une position militaire dans le sud du Yémen, selon un nouveau bilan des services des services de sécurité.

Les kamikazes ont lancé leur véhicule piégé contre la position de la force yéménite entraînée par les Emirats arabes unis à Moudia, dans la province sudiste d'Abyane, a indiqué une source des services de sécurité.

Quatre assaillants sont sortis du véhicule pour tenter de se faire exploser à l'intérieur de la position mais ils ont été abattus, a ajouté ce responsable.

Le conducteur et quatre soldats ont péri dans l'explosion du véhicule piégée à l'entrée de la position, selon la même source, qui avait fait état dans un premier temps de trois soldats tués.

Neuf soldats ont été également blessés par l'explosion, a poursuivi le même responsable en attribuant l'attaque à Al-Qaïda.

L'attaque est intervenue deux mois après l'entrée à Abyane de la force yéménite entraînée par les Emirats pour y pourchasser les combattants du réseau extrémiste.

Cette force n'a pas rencontré de résistance notable, les combattants d'Al-Qaïda préférant prendre refuge dans les montagnes de la province.

Bien implanté au Yémen, le réseau jihadiste a profité du chaos provoqué par le conflit entre le pouvoir et les rebelles Houthis pour élargir son influence, notamment dans le sud du pays.

Mais Al-Qaïda subit de nombreuses attaques de drones, imputées aux Etats-Unis, et de la force entraînée par les Emirats, membre de la coalition conduite par l'Arabie saoudite qui aide militairement le pouvoir au Yémen contre les rebelles.

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) est considérée par Washington comme la branche la plus dangereuse du réseau au niveau mondial.

Le groupe Etat islamique (EI), rival d'Al-Qaïda, s'est également implanté au Yémen à la faveur du conflit dévastateur qui ravage le pays depuis plus de deux ans.

L'armée américaine avait affirmé avoir pour la première fois visé, le 16 octobre, avec des drones des camps de l'EI au Yémen, tuant des dizaines de jihadistes.

faw/mh/hj