NOUVELLES
23/10/2017 12:02 EDT | Actualisé 23/10/2017 12:20 EDT

Rép. Tchèque: début de pourparlers pour une coalition

Le milliardaire Andrej Babis, chef du mouvement populiste ANO vainqueur des législatives tchèques, a eu lundi des contacts préliminaires en vue de former une coalition, tâche délicate compte tenu de ses ennuis avec la justice et d'une chambre fragmentée entre neuf partis.

"Le président (Milos Zeman) a confirmé qu'il me chargerait la semaine prochaine de la tâche de mener les négociations sur la formation du nouveau gouvernement", a déclaré M. Babis à l'issue d'un entretien avec le chef de l'Etat.

ANO, qui a fait campagne contre la corruption, contre l'accueil des migrants et contre la zone euro, a obtenu 78 sièges, sur 200, à la chambre basse.

Les autres partis dont les sociaux-démocrates (CSSD) et les chrétiens-démocrates (KDU-CSL), membres avec ANO de la coalition sortante, et le parti d'extrème droite xénophobe SPD, se sont dits prêts à discuter d'une coalition avec ANO, mais à condition que son chef controversé reste hors du gouvernement.

Ils l'expliquent par l'inculpation pour fraude aux fonds européens dont M. Babis, fondateur du géant agro-alimentaire et chimique Agrofert, faisait l'objet depuis la levée de son immunité parlementaire décidée début octobre par la chambre basse sortante.

Réélu député, le chef d'ANO bénéficie à nouveau de l'immunité et la nouvelle chambre basse devrait se prononcer à nouveau sur son éventuelle levée.

Lundi soir, M. Babis a rencontré Tomio Okamura, chef du SPD, arrivé 4e aux élections. "Nous avons insisté pour qu'aucun migrant de confession musulmane ne reçoive d'asile en République tchèque. (...) Le mouvement ANO n'a pas rejeté cette revendication et il est prêt à en discuter", a affirmé M. Okamura à la sortie de cet entretien.

frj-jma/via/mct