NOUVELLES
23/10/2017 09:39 EDT | Actualisé 23/10/2017 10:00 EDT

France: le feu ne progresse plus sur l'île de Corse

Un violent incendie qui a détruit depuis dimanche 1.600 hectares de végétation dans le nord de la Corse, île française en Méditerranée, ne progressait plus lundi, après une journée de lutte intense contre les flammes.

Quelque 150 pompiers, appuyés par quatre avions bombardiers d'eau, se sont activés toute la journée pour traiter les lisières de l'incendie.

"Le feu ne progresse plus et les conditions météorologiques font qu'il n'évolue plus sur le terrain", a déclaré à l'AFP le capitaine Bruno Guidini, des services de secours locaux.

Les secours devraient arriver à bout des fumerolles "mardi, voire mercredi", selon ce responsable.

Les incendies n'ont pas fait de victimes, même si "le feu a frôlé certains villages", a fait savoir Patrick Botey, commandant des opérations de secours. Des sapeurs-pompiers et une personne âgée ont été incommodés par la fumée et seule une bergerie et une habitation ont été endommagées par les flammes, selon lui.

Les flammes, apparues dimanche matin, ont été attisées par des rafales de vent violent jusqu'au milieu de la nuit de dimanche à lundi, et ont progressé rapidement, jusqu'à détruire environ 1.600 hectares de végétation, selon un bilan affiné lundi après survol de la zone. Les pompiers avaient, dans un premier temps, estimé à 2.000 hectares les surfaces détruites.

De faibles précipitations, la baisse conséquente des températures et surtout le ralentissement marqué et le changement de direction du vent ont aidé les secours lundi.

Dimanche, le nord de l'île a connu 27 départs de feu.

Le maire de Bigorno, où 8 hectares sont partis en fumée, a décrit lundi "une exaspération générale". Il a décidé de porter plainte pour incendie criminel pour créer "une prise de conscience générale" dans une région où "on a beaucoup de mal à dénoncer ces actes".

L'île sort d'un été particulièrement sec et chaud, marqué par des feux intenses qui avaient détruit 4.730 hectares de végétation, selon la préfecture, contre 1.163 durant l'été 2016.

mp-jp-eb-bat/jg/cls