NOUVELLES
23/10/2017 08:57 EDT | Actualisé 23/10/2017 09:20 EDT

Angleterre - Everton: fin de l'ère glaciaire Koeman

Personnalité trop froide, recrutement bancal, onze titulaire instable, résultats en berne: après une première saison prometteuse, l'entraîneur Ronald Koeman a été remercié lundi par Everton, au lendemain d'une gifle 5-2 contre Arsenal.

Le technicien néerlandais (54 ans), qui avait conduit le club à la 7e place la saison dernière, lui permettant ainsi de retrouver l'Europe, n'a pu résister très longtemps à ce début d'exercice raté.

Le cinglant revers subi dimanche à Goodison Park contre Arsenal, trois jours après une défaite à domicile contre Lyon en Europa League (2-1) a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour les dirigeants des "Toffees".

"Le club d'Everton peut confirmer que Ronald Koeman a quitté le club", indique l'équipe, actuellement 18e de Premier League, dans un communiqué.

"Le président Bill Kenwright, le bureau des directeurs et l'actionnaire majoritaire Farhad Moshiri voudraient tous exprimer leur gratitude à Ronald pour les services qu'il a rendus au club ces 16 derniers mois et pour avoir conduit le club à la 7e place de la Premier League la saison dernière", poursuit ce court texte.

L'aventure avait en effet bien débuté dans l'autre club de Liverpool. Remarqué après deux saisons à Southampton, l'ancien défenseur international avait rejoint Everton à l'été 2016 avec l'ambition d'intégrer durablement le haut du classement de la Premier League et de chatouiller le "Big Six".

- Lukaku pas remplacé -

Porté par les résultats de la première saison, le propriétaire Farhad Moshiri a lourdement investi durant l'été, avec l'objectif de confirmer sportivement en attendant la construction désirée d'un nouveau stade sur les docks de Liverpool.

Avec 140 millions de livres dépensées, l'homme d'affaires attendait évidemment mieux qu'une 18e place et une piètre récolte d'un point après la phase aller de la C3.

Si Koeman analyse les raisons de son échec, il remontera peut-être jusqu'à mars dernier, quand son attaquant Romelu Lukaku a refusé de prolonger, dans le but de forcer un transfert vers Manchester United.

Le Belge a obtenu ce qu'il voulait, Everton a empoché plus de 80 millions. Mais Ronald Koeman a payé son incapacité à lui trouver un successeur. Et le Néerlandais n'a pas trouvé la parade tactique pour faire oublier le géant avant-centre.

Les "Toffees" ont attiré le gardien Jordan Pickford, le défenseur international Michael Keane, le milieu offensif Davy Klaassen, l'attaquant espoir espagnol Sandro Ramirez, se sont échinés à casser leur tirelire sur Gylfi Sigurdsson et ont finalement récupéré l'enfant déclinant du pays, Wayne Rooney. Mais, ils ont échoué à recruter Olivier Giroud, qui aurait pu offrir un joli lot de consolation au départ de Lukaku.

- Faible popularité -

Des vedettes, certes, beaucoup de meneurs de jeu, mais aucun avant-centre de stature internationale: Koeman n'a jamais trouvé la bonne formule, changeant constamment de onze de départ, laissant l'impression d'une équipe sans réelle identité.

Mais tout n'est pas de la faute de Koeman et les projecteurs se tourneront prochainement vers le directeur sportif Steve Walsh. Reste que c'est bien Koeman qui a forcé la main pour obtenir les peu efficaces, jusqu'à maintenant, Klaassen et Sigurdsson.

Sur le plan de l'émotion -- ou justement du manque d'émotion affichée par la coach -- les résultats aidant, les supporteurs étaient passés outre, la saison passée, à son côté contenu, sur la réserve, et à son rêve affiché de rejoindre un jour le FC Barcelone, où il avait été une star en tant que joueur.

Mais les défaites s'accumulant, la grogne est montée devant sa distance, son côté froid. Sa faible popularité n'était donc pas un frein pour faire de lui le troisième entraîneur de Premier League renvoyé cette saison, après Frank De Boer (Crystal Palace) et Craig Shakespeare (Leicester).

Le club n'a pas précisé qui serait derrière le banc mercredi en Coupe de la Ligue contre Chelsea, mais la presse britannique croit savoir que l'équipe sera dirigée par l'entraîneur de la réserve David Unsworth.

De son côté, l'ancienne légende de Manchester United Ryan Giggs s'est dit "intéressé" sur Sky Sports. Toutefois, l'ancien entraîneur des "Toffees" de 2002 à 2013, David Moyes, est le favori pour succéder à Koeman. L'Ecossais est sans club après avoir été débarqué de Sunderland la saison dernière.

mam/dep