NOUVELLES
22/10/2017 14:25 EDT | Actualisé 22/10/2017 14:42 EDT

Le Revolution gâche la fête de Patrice Bernier et l'Impact s'incline 3-2

MONTRÉAL — Le Revolution de la Nouvelle-Angleterre est venu gâcher la fête, dimanche à Montréal, alors que l'Impact n'a pu offrir une dernière victoire à son capitaine Patrice Bernier, s'inclinant 3-2.

Le milieu de terrain du Revolution Kelyn Rowe a touché la cible dans la cinquième minute des arrêts de jeu, offrant la réplique à Matteo Mancosu, qui avait permis à l'Impact de créer l'égalité à la 90e minute.

Tous les éléments étaient pourtant en place pour faire de cette rencontre un moment inoubliable. Le Revolution présentait un dossier à l'étranger de 0-13-3 cette saison et les partisans s'étaient donné rendez-vous pour célébrer la carrière du capitaine, qui avait annoncé que la saison 2017 serait sa dernière.

Cependant, les 20 681 spectateurs ont plutôt vu l'Impact (11-17-6) répéter les mêmes erreurs qui l'ont coulé cette saison. Bernier a tout de même offert un dernier bon souvenir, en marquant son 15e but en saison régulière en MLS dans l'uniforme Bleu-blanc-noir sur un penalty tard en première demie. Il a quitté le terrain à la 82e minute, cédant sa place à Shamit Shome sous une chaleureuse ovation.

L'Impact a rendu hommage à Bernier avant la rencontre en diffusant une vidéo. Le président Joey Saputo a également accueilli Bernier et sa famille au centre du terrain avant le coup d'envoi.

Diego Fagundez, Krisztian Nemeth et Rowe ont toutefois joué les trouble-fête en profitant des largesses de la défensive montréalaise et le Revolution (13-15-6) a signé une première victoire à l'étranger en 2017.

Bernier aura disputé 151 matchs en six saisons en MLS avec l'Impact, équipe avec laquelle il avait amorcé sa carrière professionnelle en 2000 dans la défunte A-League. Il est revenu avec l'Impact en 2012, après un exode de neuf ans en Europe.

L'acclamation et la déception

L'Impact n'a pas été très opportuniste en début de rencontre, alors que les passes ont été imprécises autour du filet du Revolution et les tirs pas particulièrement menaçants.

Le Revolution en a profité pour ouvrir la marque à la 19e minute de jeu. Après un bête revirement au centre du terrain, deux joueurs de l'Impact ont foncé pour contrer Fagundez, laissant Nemeth fin seul dans la surface de réparation. Nemeth a atteint le poteau, mais Fagundez a profité du retour pour tirer dans un filet ouvert, alors que le gardien Maxime Crépeau s'était compromis sur le premier tir.

Anthony Jackson-Hamel a ensuite obtenu une chance en or de créer l'égalité à la 35e minute, à la suite d'un dégagement raté du Revolution après un corner. Jackson-Hamel a hérité du ballon au coeur de la surface, mais Knighton a pu stopper sa frappe en plongeant vers sa gauche.

Le scénario rêvé pour Bernier s'est concrétisé dans les arrêts de jeu de la première demie, quand l'arbitre a appelé un penalty à la suite d'une faute de main de Benjamin Angoua dans la surface des Revs. Bernier s'est présenté au point de penalty et comme il l'a si souvent fait au cours de sa carrière, il a hésité dans sa course pour casser le synchronisme du gardien et il a battu Knighton même s'il a plongé du bon côté.

Bernier est allé saluer ses parents dans la foule, eux qui avaient été invités par un groupe de partisans pour sonner la cloche du Stade Saputo. Ses coéquipiers l'ont ensuite encerclé pour lui faire l'accolade.

L'Impact avait peut-être encore la tête ailleurs quand la deuxième demie a débuté, alors que le Revolution a repris les devants après seulement 17 secondes de jeu. Une mauvaise passe en retrait de Samuel Piette a offert un deux contre un aux Revs. Fagundez a rejoint Nemeth, qui a tiré dans l'ouverture.

Mancosu croyait avoir permis à l'Impact de sauver l'honneur de l'Impact en déviant un centre de Ballou Tabla à la 90e minute, mais Rowe a jeté une douche froide sur la foule en battant Crépeau d'une longue frappe tard dans les arrêts de jeu.