NOUVELLES
22/10/2017 02:50 EDT | Actualisé 22/10/2017 03:00 EDT

Bahreïn: des civils déférés devant une cour militaire, une première

Les membres d'un groupe soupçonné d'avoir préparé des attaques contre l'armée à Bahreïn ont été déférés dimanche devant la justice militaire, pour la première fois depuis un amendement constitutionnel permettant de traduire des civils devant des tribunaux militaires.

La cellule démantelée "planifiait des attaques terroristes contre les forces de défense de Bahreïn", a déclaré le chef de la justice militaire, le général Youssef Rached Fleifel, à l'agence officielle BNA.

Ses membres ont été déférés devant "le haut tribunal militaire qui décidera de la date du procès", a-t-il ajouté sans autre précision.

C'est la première fois que des civils sont déférés devant la justice militaire depuis l'amendement constitutionnel approuvé en avril par le roi de Bahreïn et critiqué par des organisations de défense des droits de l'Homme.

Depuis un soulèvement en 2011 de la majorité chiite qui a demandé des réformes à la dynastie sunnite, les autorités de Bahreïn ont intensifié la répression contre tous les groupes d'opposition avec notamment la dissolution des deux plus grands mouvements politiques: Waad (laïque) et Al-Wefaq (chiite).

Des centaines de chiites ont été condamnés ces dernières années à de lourdes peines de prison, assorties parfois de déchéances de nationalité, pour des violences ayant émaillé la contestation.

Le pouvoir à Bahreïn dénonce régulièrement des "actions de déstabilisation" de l'Iran et nie toute discrimination envers les chiites.

bur-mha/mh/gk