NOUVELLES
18/10/2017 13:46 EDT | Actualisé 18/10/2017 14:00 EDT

Un expert indépendant critique la politique de prêts du FMI

Le Fonds monétaire international (FMI) devrait tenir compte des droits humains avant d'accorder un prêt à un pays, préconise un expert indépendant mercredi, déplorant une politique faisant la promotion de la privatisation et de l'austérité.

"La dimension droits de l'homme dans (la politique) de prêts ne peut être ignorée plus longtemps", a estimé Alfred de Zayas, un expert indépendant lors de l'Assemblée générale des Nations unies à New York.

Il exhorte le FMI à accorder des prêts aux pays "qui honorent leurs engagements en matière de développement et de respect des droits de l'homme".

"Je déplore le fait que les pratiques en matière d'accord de prêts des institutions financières internationales vont parfois à l'encontre des objectifs des Nations unies et non seulement dans le domaine des droits humains mais encore contre les objectifs de développement durable", explique M. de Zayas, cité dans un communiqué.

Sollicité par l'AFP, le FMI n'a pas souhaité commenter ce rapport mais a souligné que lors de son assemblée annuelle la semaine dernière à Washington, l'institution s'était de nouveau engagée à soutenir, aux côtés d'autres organisations internationales, les objectifs de développement durable de 2030 "en aidant les Etats fragiles".

M. de Zayas estime, lui, que les conditions imposées par le FMI dans l'obtention des prêts ne fait qu'augmenter le chômage et dégrader le marché de l'emploi, la santé et l'environnement. Selon lui, elles réduisent en outre l'accès à une éducation de qualité gratuite.

Il préconise d'inclure des conditions telles qu'imposer un moratoire sur les dépenses militaires (exception faite des salaires et des pensions) ou exiger de nouvelles lois pour s'attaquer à l'évasion fiscale comme préalable à l'obtention de prêts.

Alfred de Zayas avait été nommé en mai 2012 premier expert indépendant par le Conseil des droits de l'homme. Il est aussi actuellement professeur de droit international à Genève.

dg-Dt/jld/sf