NOUVELLES
18/10/2017 04:27 EDT | Actualisé 18/10/2017 04:40 EDT

Syrie: le Croissant-Rouge turc inquiet du "drame" humanitaire à Idleb

Le Croissant-Rouge turc a tiré la sonnette d'alarme mercredi sur la situation humanitaire à Idleb, estimant qu'un "drame" se déroulait dans cette province du nord de la Syrie où 800.000 personnes vivent dans des camps de fortune.

"Hélas, la situation humanitaire à Idleb est celle d'un drame à grande échelle", a déclaré le chef du Croissant-Rouge turc Kerem Kinik, lors d'une conférence de presse à Istanbul.

"Aujourd'hui, à Idleb, il y a 400 camps et 800.000 personnes vivent dans ces camps dont la plupart sont malheureusement des camps de fortune", a-t-il ajouté, soulignant que de nombreux Syriens déplacés par la guerre avaient gagné cette province.

Dans les camps, ceux-ci "ne peuvent rien produire et dépendent de l'aide extérieure", a souligné M. Kinik.

L'armée turque a déployé la semaine dernière des troupes et des blindés dans la province d'Idleb pour y instaurer une "zone de désescalade" visant à faire taire les armes.

La province d'Idleb est en grande partie contrôlée par Tahrir al-Cham, une coalition jihadiste composée essentiellement de l'ex-branche d'Al-Qaïda dans le pays.

Selon M. Kinik, "une fois que les groupes terroristes auront été chassés d'Idleb", l'aide humanitaire pourra "atteindre toutes les zones à l'intérieur" de la province.

"Nous n'apporterons pas seulement de l'aide. Si Dieu le veut, nous construirons également des infrastructures, des écoles, des hôpitaux, de nouveaux logements", a-t-il dit.

Le Croissant-Rouge turc transporte déjà de l'aide humanitaire dans la province d'Idleb en coordination avec les Nations unies.

Le gouvernement turc soutient les rebelles qui tentent depuis 2011 de renverser le régime d'Assad. Mais alors que le conflit s'éternise, Ankara s'est rapproché de Moscou, parrain de Damas, pour tenter de trouver une solution à la guerre.

M. Kinik a en outre indiqué qu'il rencontrerait en fin de semaine le chef du Croissant-Rouge arabe syrien à Beyrouth. "Nous avons un seul objectif : faire en sorte qu'il ne reste pas un endroit en Syrie où l'aide humanitaire ne parvient pas", a-t-il déclaré.

sjw/gkg/ezz/gde