NOUVELLES
18/10/2017 05:40 EDT | Actualisé 18/10/2017 06:00 EDT

Mladic: le TPIY rendra son jugement le 22 novembre contre le "boucher des Balkans"

Le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) rendra le 22 novembre son jugement à l'encontre de l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic, accusé de génocide et crimes de guerre pendant le conflit en Bosnie.

Celui qui était autrefois surnommé le "boucher des Balkans", âgé de 74 ans, est accusé d'avoir entrepris le "nettoyage ethnique" d'une partie de la Bosnie en vue de créer un État serbe ethniquement pur lors de la guerre de Bosnie, qui a fait plus de 100.000 morts entre 1992 et 1995.

"Le prononcé du jugement dans cette affaire aura lieu le mercredi 22 novembre 2017 à 10h00" (09H00 GMT) à La Haye, a annoncé le TPIY mercredi dans un communiqué.

Ratko Mladic est également accusé de génocide pour son rôle dans le massacre de près de 8.000 hommes et garçons musulmans en juillet 1995 à Srebrenica, le pire qu'ait connu l'Europe depuis la deuxième guerre mondiale.

L'ex-chef militaire est aussi poursuivi pour l'enlèvement d'employés des Nations unies et pour son rôle dans le siège de Sarajevo, long de 44 mois, pendant lequel 10.000 civils sont morts.

Au terme de procédures entamées en 2012, le procureur a requis en décembre 2016 la perpétuité à son encontre.

La défense avait, quant à elle, à nouveau plaidé son acquittement des onze chefs d'accusation: deux chefs de génocide, cinq de crimes contre l'humanité et quatre de crimes de guerre.

"Ratko Mladic n'est pas un monstre, il était un soldat se défendant face au monstre qu'était la machine de guerre islamique", avait déclaré son avocat Branko Lukic, en décembre dernier au début de sa plaidoirie.

Inculpé en juillet 1995, Ratko Mladic avait été arrêté et transféré au tribunal en mai 2011.

Son procès était le dernier devant le TPIY, qui va fermer ses portes le 31 décembre. Le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI) est la structure chargée d'achever, après la fin de leurs mandats, les travaux des tribunaux internationaux pour le Rwanda (TPIR) et pour l'ex-Yougoslavie.

shm/jkb/cvo/sg