NOUVELLES
18/10/2017 12:53 EDT | Actualisé 18/10/2017 13:20 EDT

Ligue des Champions - La victoire en souffrant pour la Juventus

La Juventus a fini par venir à bout du Sporting Lisbonne (2-1), après avoir été menée et avoir souffert tout le match, mercredi à Turin, une victoire qui lui donne un peu d'air dans une période difficile et la replace en deuxième position du groupe D de la Ligue des Champions.

Peut-être que la Juventus avait besoin de ça pour se remettre dans le bon sens après deux contre-performances en championnat (nul contre l'Atalanta Bergame et défaite face à la Lazio Rome).

Besoin d'être menée au score, d'être souvent dominée physiquement, de devoir s'arracher sur chaque ballon face à un adverse supposé inférieur. Mais aussi de marquer deux beaux buts, de s'appuyer sur un public qui a apprécié ses efforts et qui a exulté au coup de sifflet final comme si cette victoire valait plus que trois points.

En fait, les Turinois, qui restent tout de même dans une forme assez moyenne, se sont simplement réinstallés à la deuxième place de leur groupe avec six points, trois de moins que Barcelone.

Mais ils ont fait preuve de caractère après avoir encaissé dès la 12e minute un but malheureux, inscrit contre son camp par Alex Sandro après un arrêt de Buffon devant Gelson Martins.

- Douglas Costa expéditif -

A la 29e minute, Pjanic, qui revenait après un petit mois d'absence, a rappelé qu'il était un des meilleurs spécialistes du monde sur coup franc direct en plaçant le ballon dans la lucarne de Rui Patricio des 25 mètres.

Mais ensuite, les bianconeri se sont heurtés à une très bonne équipe du Sporting, forte physiquement, agressive au pressing et sans aucune crainte face aux vice-champions d'Europe.

Avec un côté droit Sturaro-Cuadrado fragile, avec quelques joueurs qui n'ont pas des jambes extraordinaires (Khedira, Alex Sandro) ou qui ont déjà été plus en confiance (Higuain, Dybala), la Juve a parfois semblé empruntée mais elle n'a pas renoncé.

Et la solution est venue du banc, avec un centre parfait de Douglas Costa, entré en jeu 15 secondes plus tôt. Au deuxième poteau, Mandzukic reprenait de la tête et offrait trois points à son équipe (2-1, 84e).

Ca n'est pas encore la grande Juventus, elle est sans doute encore convalescente, mais ce succès pourrait servir de remède.

stt/dep