NOUVELLES
18/10/2017 06:25 EDT | Actualisé 18/10/2017 06:40 EDT

La Russie reconnaît un incident lors du retour sur Terre d'astronautes de l'ISS

Une capsule Soyouz ramenant des astronautes de l'ISS vers la Terre en avril dernier a été victime d'une dépressurisation peu après sa rentrée dans l'atmosphère, sans danger pour l'équipage, a reconnu mercredi l'agence spatiale russe.

"En avril de cette année, lors de la descente du vaisseau Soyouz MS-02, une légère baisse de la pression a été enregistrée au cours du déploiement du parachute. Cela n'a pas eu d'incidence sur la santé de l'équipage, qui portait des scaphandres hermétiques", a indiqué Roskosmos dans un communiqué.

"La commission a analysé l'incident: la situation présente un caractère peu probable et toutes les mesures nécessaires pour empêcher sa répétition ont été prises", poursuit Roskosmos.

Le 10 avril 2017, l'Américain Shane Kimbrough et les Russes Andreï Borissenko et Sergueï Ryjikov sont rentrés sur Terre après avoir passé presque six mois en orbite autour de la Terre. Roskosmos avait alors annoncé que leur retour s'était déroulé "sans problème".

Selon le magazine spécialisé Space News, l'incident a été révélé le 16 octobre lors d'une réunion du comité consultatif pour l'ISS de la Nasa, l'agence spatiale américaine.

Une boucle aurait violemment frappé la paroi du vaisseau, provoquant une dépressurisation, a expliqué lors de cette réunion l'ancien astronaute Thomas Stafford, cité par Space News. Il a précisé que l'incident a eu lieu à huit kilomètres d'altitude.

La Russie fournit à l'ISS son principal module, où se situent les moteurs-fusées, et les vaisseaux russes Soyouz sont le seul moyen d'acheminer et de rapatrier les équipages de la station orbitale depuis l'arrêt des navettes spatiales américaines.

Mais une série d'échecs a rappelé les difficultés de l'industrie spatiale russe. En décembre 2016, un vaisseau-cargo Progress devant ravitailler l'ISS avait été perdu peu après son décollage du cosmodrome de Baïkonour à cause d'un problème sur le moteur de sa fusée de lancement Soyouz.

Suite à cet accident, des défauts ont été découverts sur la plupart des moteurs produits pour les fusées Proton utilisées pour placer en orbite des satellites, assemblés dans la même usine de Voronej (500 km au sud de Moscou) que ceux des fusées Soyouz.

En avril 2015, un vaisseau-cargo Progress avait déjà été perdu suite à un problème de transmission, suivi un mois plus tard par la perte d'une fusée Progress.

tbm/gmo/gde