NOUVELLES
18/10/2017 09:03 EDT | Actualisé 18/10/2017 09:20 EDT

Brexit: "Pas de percée" dans les négociations attendues au sommet de l'UE (Tusk)

Le président du Conseil européen Donald Tusk a dit mercredi ne pas s'attendre à une "percée" dans les négociations sur le Brexit lors du sommet européen de jeudi et vendredi à Bruxelles, malgré l'intervention prévue de Theresa May.

"Je n'attends aucune espèce de percée", a affirmé M. Tusk lors d'une conférence de presse à Bruxelles, à la veille du sommet de l'UE, renvoyant au mois de décembre toute avancée significative dans le "séquençage" des tractations autour du départ de l'UE du Royaume-Uni.

"Je suis absolument sûr qu'il est toujours possible de finaliser la première phase (des discussions) en décembre, mais pour cela nous avons besoin de propositions plus concrètes de la part des Britanniques", a-t-il ajouté.

La Première ministre Theresa May a prévu d'intervenir lors d'un dîner entre les 28 dirigeants jeudi afin de présenter le point de vue britannique sur l'état des lieux des négociations.

Malgré l'insistance de Londres, les Européens ne sont pas prêts à commencer à discuter de la nature de la future relation entre les deux partenaires, faute d'avoir constaté des "progrès suffisants" sur les trois dossiers qu'ils jugent prioritaires: la protection des droits des citoyens expatriés, la question de l'Irlande et de sa frontière, et le solde des comptes.

Toutefois, M. Tusk a indiqué qu'il allait "recommander aux 27 de commencer des préparations internes pour les discussions" sur la future relation et une période de transition après la date officielle du Brexit, prévue fin mars 2019.

Ce geste de bonne volonté des Européens est une réponse aux efforts de la Première ministre britannique depuis son grand discours sur le Brexit prononcé à Florence (Italie) le 22 septembre.

Mme May s'est déplacée lundi à Bruxelles pour un dîner de travail avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, au cours duquel les deux dirigeants sont convenus "d'accélérer les efforts" pour un accord sur le Brexit.

Les Européens souhaitent maintenant voir les propositions avancées à Florence traduites dans des positions concrètes de la part des Britanniques, au sein du format officiel des négociations entre les deux équipes, menées d'un côté par Michel Barnier et de l'autre par le ministre du Brexit David Davis.

"Nous n'avons pas seulement besoin d'un vision très prometteuse", a ainsi plaidé Donald Tusk, "mais aussi de discussions concrètes dans notre procédure officielle".

mla/agr/sg